Google a annoncé hier que les données des utilisateurs seront chiffrées automatiquement sur le prochain système Android L. Les deux principaux systèmes d’exploitation sont donc côte à côte face à l’espionnage intérieur américain.

android 2014-09-19 à 11.08.48

Le quartier général de la NSA, à Fort George G. Meade, dans le Maryland.

Sale temps pour la NSA. Il y a quelques jours, Apple avait expliqué qu’avec son nouveau système d’exploitation, iOS 8, il ne serait plus en mesure d’avoir accès à la clef de chiffrement des appareils de ses utilisateurs. Une décision tout à fait volontaire, et qui contraindra l’organisme américain à se débrouiller seul pour récolter les données du monde entier. Auparavant, sous injonction, Apple fournissait les clefs à la NSA. Dorénavant, le constructeur se dédouane de toute implication, et rassure ses utilisateurs, surtout après la divulgation récente des photographies de célébrités. Toutes les données des mobiles seront chiffrées automatiquement, qu’il s’agisse d’un message ou d’une photographie.

Aujourd’hui, c’est Google qui annonce qu’un système du même ordre sera mis en place avec l’arrivée d’Android L. Dès son lancement, certainement le mois prochain, les appareils qui en seront équipés bénéficieront d’un chiffrement par défaut de leurs données. Comme pour Apple, cela comprendra l’ensemble du système. A l’heure actuelle, il est possible d’effectuer cette opération dans les paramètres d’un téléphone Android, mais c’est à la libre appréciation – et au savoir-faire – de l’utilisateur.

Google s’est exprimé sur cette décision par la voix de son porte-parole, Niki Christoff, qui explique que « depuis plus de trois ans, Android propose le chiffrement des données, et les clés ne sont pas stockées à l’extérieur du dispositif, donc elles ne peuvent pas être partagées malgré la loi. Dans le cadre de la sortie de notre prochaine version d’Android, nous permettrons le chiffrement des données par défaut, donc les utilisateurs n’auront même pas à y penser. »

Malheureusement, ce chiffrement par défaut des données sur Android L risque, même dans les deux ans qui viennent, de ne concerner finalement qu’une mince part des utilisateurs de l’OS de Google, tant le système est fragmenté. Pour Apple, le chiffrement risque d’être un peu plus étalé puisque trois modèles précédents pourront être mis à jour vers iOS 8.

De leur côté, le gouvernement américain et la National Security Agency (NSA) risquent de se faire des cheveux blancs. Si pour un organisme de ce calibre, la récupération des données ne sera pas impossible, elle sera en tout cas plus longue. C’est Edward Snowden qui doit sourire aujourd’hui.