La réalité virtuelle semble être le nouvel Eldorado des constructeurs de smartphones. Après Samsung, dont le Gear VR ne devrait plus tarder à sortir, Archos et Carl Zeiss ont tous les deux dévoilé leur propre appareil capable d’embarquer un smartphone et d’afficher un semblant de réalité virtuelle. Mais où en est-on réellement aujourd’hui ? Nous avons monté le Cardboard de Google et tenté de voir ce que valait réellement la réalité virtuelle sur smartphone aujourd’hui.

Réalité virtuelle

Le Cardboard de Google : la réalité virtuelle pour moins de 50 euros

Avant même d’aborder le sujet de la réalité virtuelle, il nous semble nécessaire de revenir rapidement sur son fonctionnement. Un casque de réalité virtuelle ne nécessite pas de matériel particulièrement complexe. Comme le démontre le Cardboard de Google, il ne suffit que d’un peu de carton, une paire de lentilles, un aimant et surtout d’un smartphone avec, si possible, un excellent écran. Le reste n’est qu’effet d’optique et physique si j’en crois Wikipedia, qui précise : « Cet écran affiche une image stéréoscopique déformée numériquement pour inverser la distorsion optique créée par deux lentilles situées en face de chaque œil, dans le but d’augmenter le champ visuel et la définition en face de la fovéa ». Pour faire un beaucoup plus simple(-iste) : l’écran du smartphone va être séparé en deux parties égales (une partie destinée à l’œil droit et l’autre à l’œil gauche) et les lentilles vont se charger de faire croire au cerveau qu’il s’agit d’une seule image.

cardboard google 3

De fait, et comme le précise Google sur la description de son Cardboard, n’importe qui aujourd’hui peut construire son casque de réalité virtuelle avec un budget plus ou moins égal à 50 euros. Google a mis des liens sur le site officiel pour acheter tous les composants un à un du casque, à l’exception du smartphone, évidemment, et les composants les plus chers s’avèrent être les aimants, à 20 dollars environ. De notre côté, comme nous étions à la Google I/O cette année, nous nous sommes simplement contentés de monter le Cardboard offert par Google. Si vous n’êtes pas du genre bricoleur, sachez que l’on peut très facilement se procurer une copie exacte du Cardboard de Google pour une vingtaine d’euros sur Amazon par exemple.

cardboard google 5

Le Cardboard tel qu’il était livré à la Google I/O

cardboard google 6

Une fois ouvert, il contient un pliage ingénieux.

cardboard google 4

Les instructions sont directement écrites sur le carton. Impossible de se perdre.

cardboard google 2

Les lentilles sont directement intégrées au Cardboard.

Ce bout de carton est pour le moins bluffant. En moins de 5 minutes, montre en main, nous avons monté un casque de réalité virtuelle parfaitement fonctionnel. Google a même poussé le vice jusqu’à intégrer un autocollant NFC qui permet aux téléphones posés sur le support en carton de le reconnaître immédiatement. Un bouton physique est également présent sur le côté gauche du casque. En fait il s’agit de deux aimants dont l’un est amovible. Je ne sais pas exactement comment ce bouton artisanal est reconnu par le smartphone, mais je pense qu’il est question d’une modification de champ magnétique reconnu par le téléphone.

DSC01336

Notez sur la partie avant l’autocollant NFC (en noir).

Une fois l’ensemble monté, il ne reste plus qu’à insérer un smartphone sur lequel on aura préalablement installé des applications de réalité virtuelle. Autant vous prévenir, si ce casque est parfaitement fonctionnel, il n’est pas très confortable. Il y a quelques fuites de lumières, il faut créer soi-même sa lanière pour qu’il tienne tout seul sur la tête et les smartphones ne sont pas toujours très bien alignés avec les lentilles, ce qui ajoute du flou supplémentaire à l’effet de réalité virtuelle.

cardboard

Vincent, en train de tester un jeu avec une manette et un casque sur la tête.

Il faut également noter que l’application de Google nécessite Android 4.1 pour fonctionner. Ce que ne dit pas ou peu Google, c’est que pour ressentir une expérience de réalité virtuelle correcte, il faut que l’écran du smartphone inséré dans le cardboard ait une définition au moins HD. Et encore, pour avoir testé quelques applications avec le Galaxy Alpha (qui dispose d’un écran AMOLED 720p), on voit très clairement la grille de pixels à l’écran. Sur un Nexus 5 (qui dispose d’un affichage 1080p), c’est beaucoup mieux en termes de qualité d’image, mais le taux de rafraîchissement était beaucoup moins bon que sur le Galaxy Alpha. La visualisation d’une vidéo ou d’un jeu était donc beaucoup plus floue et un peu plus pénible. Nous n’avons testé qu’une seule application de réalité virtuelle avec le LG G3 (qui possède un écran Quad HD), mais celle-ci plantait souvent.

 

La tendance 2015 des constructeurs de smartphones ?

Nous n’aborderons pas le cas d’Oculus Rift, qui est un casque de réalité virtuelle un peu à part. Intéressons-nous plutôt aux alternatives moins onéreuses actuellement ou prochainement proposées par Samsung, Archos ou Carl Zeiss. Ces trois casques fonctionnent à quelques détails près de la même façon que le cardboard de Google. Ce sont de simple boîte dotée d’une paire de lentilles toute prête à accueillir des smartphones sur la partie avant.

Chez Samsung, le Gear VR n’est compatible qu’avec le Galaxy Note 4 (et lui uniquement) et coûte pas loin de 200 euros. Pour ce prix, on tient là le plus beau casque de réalité virtuelle « low cost » que l’on peut trouver actuellement en vente. Il contient une molette pour ajuster la vue, un touchpad pour naviguer dans les menus, des boutons physiques pour régler le volume et revenir en arrière et des lanières de qualité. Il faut bien noter que ce Gear VR est, à l’instar d’Oculus Rift, encore considéré comme un produit non final par Samsung. Les premiers exemplaires se destinent essentiellement à un public de développeurs et de passionnés fortunés qui veulent tester les solutions de réalité virtuelle sur mobile en avant-première. Pour avoir rapidement testé le casque lors du dernier IFA, les sensations d’immersions s’avèrent excellentes, aidées en cela par l’excellente définition et résolution de l’écran du Galaxy Note 4.

c_FrAndroid-IFA-2014-DSC04899

Archos a également flairé le bon filon et s’est aussi aventuré sur le terrain des casques de réalité virtuelle à destination des smartphones. Les ambitions ne sont toutefois pas aussi élevées que celles de Samsung. Les VR Glasses sont une version en plastique légèrement plus élaborée du Cardboard de Google. L’avantage de ce casque, c’est son prix qui est inférieur à 30 euros. Pour ce tarif, les VR Glasses, dont la sortie est prévue pour novembre 2014, devraient pouvoir accueillir n’importe quel smartphone dont la diagonale d’écran est comprise entre 4,7 et 6 pouces. C’est un peu plus cher que le Cardboard en carton à 20 dollars, mais c’est beaucoup plus pratique et, on l’imagine, doté d’une durée de vie plus conséquente.

ARCHOS VR Glasses 3

Le VR Glasses d’Archos

Et si pour le moment il n’y a que deux casques de réalité virtuelle en vente, on sait déjà que le nombre de ces appareils va exploser dès l’année prochaine. Des sociétés comme Durovis, Carl Zeiss ou Homido possèdent déjà des prototypes ou s’apprêtent à lancer des casques de réalité virtuelle. Ils auraient tort de se priver, en 2015 la majorité des téléphones haut de gamme disposeront tous d’un écran Full HD voire Quad HD et les GPU seront de plus en plus puissants.

Des casques de réalité virtuelle, oui, mais pour quoi faire ?

Se procurer un casque de réalité virtuelle n’est donc déjà plus un problème pour qui sait où chercher. Mais pour quoi faire, au fait ? Eh bien pour le moment pas des choses vraiment spectaculaires. Passons rapidement sur la possibilité de regarder des films ou des vidéos « comme au cinéma ». C’est l’application de base que proposent tous les constructeurs de casque de réalité virtuelle, elle consiste simplement à regarder une vidéo dans un casque et à donner l’impression de voir un grand écran dans le noir. À ceci près que ce n’est clairement pas aussi confortable et que, à moins d’avoir un bon casque sur les oreilles, la partie sonore est discutable. Le reste des applications de réalité virtuelle se partage actuellement entre des démos de visite de lieux en 3D et quelques jeux aux qualités diverses. Voici notre sélection d’applications que nous avons testées avec le Cardboard.

cardboard google 7

Cardboard

C’est simple, c’est la première application que vous devez installer dès la première utilisation d’un casque de réalité virtuelle. Google a conçu une excellente application pour débuter en douceur. Elle permet de visiter une partie du château Versailles avec des images fixes, de regarder quelques pièces de musée sous tous les angles, de regarder des vidéos Youtube comme si l’on était installé dans un siège de cinéma ou de survoler la Terre via Earth. Le plus intéressant reste toutefois Windy Day, un petit dessin animé interactif très bien réalisé. Cherchez le chapeau pour démarrer l’intrigue !

Tuscany Dive

Conçue à la base pour fonctionner avec le casque Dive de Durovis, Tuscany Dive permet de visiter une jolie maison située en haut d’un lac. Ici il est simplement question de contemplation et de balade, rien de plus. On peut d’ailleurs avancer soit automatiquement, soit en utilisant une manette Bluetooth.

Dive City Rollercoaster

Dernière démo 3D, Dive City Rollercoaster propose de faire un tour de montagne russe. Les sensations de vitesses sont très bonnes quand bien même l’interactivité est très limitée.

Halls of Fear VR – Demo

Halls of Fear est un jeu d’horreur se déroulant dans des couloirs très sombres avec des monstres très bruyants (mais aussi invisibles). Le but est alors de trouver des cubes et surtout de s’échapper du niveau vivant. Une excellente démo si vous décidez de jouer dans le noir et avec un casque qui tient avec des lanières. Il est d’ailleurs obligatoire de posséder une manette Bluetooth pour profiter au maximum du jeu.

SpaceTerrorVR

Dans la veine de Halls of Fear VR, SpaceTerror VR est aussi un jeu horrifique dans lequel il faut récupérer des boules rouges dans un vaisseau abandonné. Seulement voilà, il semble qu’un monstre étrange se balade dans les coursives et qu’à la manière de SlenderMan, sa simple vue soit mortelle. Dans les faits, si le jeu est très réussi graphiquement, on se rend très vite compte que l’IA du monstre en question est complètement ratée et qu’il est très facile de l’éviter.

Swivel Gun! VR Log Ride

Swivel Gun ! mélange le rail shooter et de montagne russe. Le but est ici de tirer au canon sur des tonneaux situés dans le décor. On vise avec la vue et on tire avec un bouton d’une manette. C’est simple, beau et rapide. C’est aussi l’un des rares jeux à m’avoir donné la nausée au bout de quelques minutes. Pensez à jouer à proximité d’une bassine.

VR Cinema for Cardboard

Dernière application que nous vous conseillons, VR Cinema for Cardboard est une simple application pour voir des films ou des vidéos « comme au cinéma ». La version gratuite, ci-dessous, ne permet pas de lire tous les formats de fichiers de vidéo alors que la version payante (à 0,77 euro) en supporte une plus large gamme.