Depuis le début de la semaine, les habitants de la ville américaine Mountain View peuvent apercevoir dans leurs rues de petites voitures rondes. Il s’agit des premières voitures autonomes de Google, les Google Cars, qui sont désormais autorisés à circuler en Californie.

Google Self-Driving Car

Si l’on en croit Le Monde, Google expérimente désormais ses premières Google Car hors des routes de son campus, dans la ville de Mountain View. Google teste actuellement une flotte d’une vingtaine de véhicules autonomes, qui n’ont pas besoin de chauffeur pour circuler dans la ville. Google a toutefois dû se plier aux exigences de la loi californienne pour faire circuler ses premiers prototypes. À ce titre, les Google Cars ne peuvent dépasser la vitesse de 40 km/h et un conducteur doit encore obligatoirement se trouver à bord lorsqu’elles circulent de façon à pouvoir les reprendre en main en cas de problème éventuel. Ces Google Cars disposent donc encore de volant et de pédales.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Comme nous l’expliquions en mai dernier, cette Google Car est la première voiture conçue entièrement par les équipes de Google. Elle a été construite par un équipementier de la région de Détroit, mais son design, son moteur et surtout ses technologies de repérage sont le fruit du travail de Google X, la branche de recherche de Google. Le « gyrophare » situé dans le toit de la voiture contient en effet les différents capteurs nécessaires à la conduite autonome. Jusqu’à présent, les premières voitures autonomes de Google se basaient sur des modèles commerciaux (Toyota Prius, 4×4 Lexus) que Google bardait de capteurs. Des premiers modèles très convaincants puisque Google a annoncé n’avoir rencontré que peu de problèmes en 6 ans et 3 millions de kilomètres. Pour le géant américain, l’utilisation de ces 20 premiers prototypes doit lui permettre de trouver des solutions aux problèmes actuels des voitures autonomes. Les ingénieurs de la firme cherchent encore des solutions pour adapter le comportement de la voiture lorsque le point d’arrivée n’est pas disponible pour cause de travaux ou qu’aucune place de parking n’est présente à proximité de la destination finale.