Nest, cette start-up de 16 personnes basée à Palo Alto en Californie, rachetée par Google Ventures après cinq ans d’existence, présentait hier à Paris sa gamme de produits domotiques : la Nest Cam, le détecteur de fumée Nest Protect et les mises à jour de son thermostat éponyme. L’occasion pour nous de vérifier ce que ces produits ont vraiment dans le ventre.

Nest Cam

La Nest Cam et son trépied versatile et magnétique.

Nest en tournée passe par Paris

Après avoir annoncé au monde le 17 juin dernier la révision de ses détecteurs de fumée Nest Protect, la mise à jour logicielle du Nest Learning Thermostat et le lancement de la Nest Cam (après avoir aspiré la technologie de Dropcam), la start-up Nest, composée d’une dizaine de personnes, a convié au Loft Bastille à Paris tout juste le double de journalistes pour venir prendre en main ses produits.

Nous vous avions déjà presque tout dit au sujet de ces produits, qui sont à présent tous disponibles dans le commerce aux prix respectifs de 119 euros pour le détecteur de fumée Nest Protect et 199 euros pour la Nest Cam.

Une gamme domotique bien pensée et cohérente

Qu’a-t-on appris que Nest n’avait pas encore dit de ses produits ? Au sujet de Nest Protect, Nest a revalorisé l’existence de son détecteur de fumée Protect par un design affiné de 11 %. Il embarque un capteur double spectre avec deux LED, une bleue et une rouge pour détecter les départs de feux rapides et les départs plus lents, qui produisent essentiellement de la fumée.

En effet, selon des études, dans les années 70, les tissus employés dans les chaumières étaient bien plus résistants aux incendies que nos synthétiques omniprésents actuels, soit un départ de feu en 30 minutes jadis, composé essentiellement de fumée épaisse et donc largement maîtrisable, contre une flambée rapide constatée en 5 minutes de nos jours.

Nest Protect

Le nouveau design de Nest Protect

Nest Protect
Nest Protect

Concernant la Nest Cam, l’appareil serait équipé en surplus d’un Shadow Buster pour être capable de comprendre lorsqu’un mouvement de lumière ou de forme n’est en fait qu’une ombre ou une lumière qui se déplace. Elle ne peut pas être « aveuglée » par lampe torche grâce à des algorithmes spécifiques capables de détecter ce genre de triche connue des cambrioleurs et elle communique avec le détecteur de fumée.

La Nest Cam communique avec le Nest Protect

Comment ? Une petite exception vient modifier les règles de l’abonnement obligatoire Nest Aware pour obtenir l’option d’enregistrement de vos vidéos sur le cloud (sans abo, vous avez simplement accès aux notifications de présence et à la vision nocturne). Si votre détecteur de fumée Nest Protect décèle de la fumée en votre absence (ou la présence de monoxyde de carbone dans l’air), la caméra enregistrera une séquence, servant ainsi de boîte noire et vous avertissant immédiatement du danger. C’est en gros le détecteur qui dira à votre caméra de se mettre en route.

Nous avons en outre appris qu’il est possible d’installer au maximum dix caméras simultanément, que la Nest Cam n’est ni waterproof ni splashproof, qu’elle peut être planifiée via l’application et qu’elle notifie ses détections de mouvement toutes les trente minutes seulement, pour éviter de vous envoyer du push à tout-va.

Nous compléterons très bientôt l’analyse de cette caméra lors d’une prise en main et nous vous dirons si, grâce à elle, vous pourrez laisser votre domicile en toute sérénité ou non.