Google présentait hier une foule de produits, à commencer par de nouveaux Nexus 5X et 6P, une tablette Pixel C, et deux nouveaux Chromecast, l’un orienté vers la vidéo et l’autre vers l’audio. Si l’on appelle la nouvelle clé vidéo « Chromecast 2 », elle prend en réalité le simple nom de Chromecast, puisqu’elle remplace son aînée, âgée de deux ans. Doit-on attendre d’avoir besoin de renouveler la clé HDMI, ou faut-il investir dès maintenant ? Voici quelques éléments pour vous décider.

Enfin un design moderne

chromecast-couleurs

Avec son allure de clé USB (mais HDMI), le premier Chromecast, sorti en 2013 aux États-Unis et au premier trimestre 2014 en France, n’était pas réellement conçu comme un objet de design. On ne le trouvait d’ailleurs que dans un unique coloris noir, qui laisse, avec le Chromecast 2, la place à une palette de couleurs plus large. L’accessoire prend désormais l’apparence d’un disque coloré, au centre duquel un logo Chrome stylisé vient rappeler son nom, décliné en noir, rouge (corail) et jaune (citron), ces deux derniers restant l’exclusivité du Store de Google. Il s’assume désormais comme un objet aussi utile que design, et non plus comme un accessoire pour technophiles avertis. Avec 20 millions de ventes en deux ans, on n’en attendait pas moins.

Une connectique filaire plus pratique

Chromecast 2

Puisqu’il s’agissait d’une clé HDMi solide, le premier Chromecast, long de quelques centimètres, pouvait poser quelques problèmes de branchement lorsque la prise adaptée se situait au dos des téléviseurs, qui ne pouvaient pas être collés contre un mur. De plus, le corps de la clé, dépassant autour de la prise HDMI, pouvait encombrer les prises situées juste à côté, et empêcher le branchement d’autres appareils. Avec son nouveau modèle, Google propose un Chromecast affublé d’un câble HDMI souple, ce qui permet de déplacer le corps de l’appareil, et de ne pas obstruer les autres connectiques du téléviseur. Ne rêvons pas tout de même, il faut toujours brancher un deuxième câble, USB cette fois, pour alimenter l’appareil soit sur la TV, soit sur secteur.

Un WiFi digne de ce nom

google-chromecast-2-performances-wifi

Lancé en 2013, le Chromecast ne pouvait pas se voir reprocher cette lacune. Mais aujourd’hui, le support du WiFi 5 GHz est devenu la norme, et celui-ci vient s’ajouter à la bande 2,4 GHz, et l’on retrouve du WiFi 802.11ac (WiFi 802.11n chez le premier Chromecast). Une bonne nouvelle pour espérer streamer des fichiers volumineux avec plus de rapidité. Pour mieux étayer tout cela, Google n’hésite pas à mettre en avant les gains de rapidité entre ses deux Chromecast, et à les comparer avec des appareils concurrents (dont, on imagine, le Fire Stick d’Amazon, d’ailleurs parfois mieux positionné que le premier Chromecast). Notez que trois antennes au lieu d’une sont désormais dédiées au streaming, pour « une résolution supérieure avec une mise en mémoire tampon réduite ».

Il coûte le même prix que le premier Chromecast

Chromecast

Si le premier Chromecast est compatible avec la nouvelle application compagnon que Google compte lancer dans les prochaines semaines, il a l’avantage de se présenter comme un renouvellement pur et simple. À ce titre, il coûte lui aussi 39 euros, un prix somme toute modique, et reste fourni avec un câble d’alimentation mesurant 1,75 m. Il sera possible de se le procurer d’ici peu en France chez Darty, à la Fnac, chez Boulanger, chez Auchan et chez l’opérateur SFR, en plus du Google Store. Sa disponibilité, sur le portail de Google, est d’ailleurs immédiate, avec un départ des entrepôts de Google dans les deux jours ouvrés pour le Chromecast 2 noir. Ses compères colorés ne seront quant à eux expédiés qu’à partir du 12 octobre prochain.