Google et Microsoft ont décidé de mettre fin à 18 procès les opposant dans des affaires de violation de brevet. On ne connaît toutefois pas encore les détails de cet accord.

Microsoft

Google et Microsoft ont décidé d’enterrer la hache de guerre. Dans un communiqué de presse commun, les deux géants des nouvelles technologies annoncent en effet qu’ils cessent de se disputer devant les tribunaux dans 18 affaires de brevet. Des procès qui ont débuté en 2010 et qui ont finalement fini par lasser les deux adversaires.

La date de 2010 n’est pas anodine, puisque c’est l’année durant laquelle Google a racheté Motorola. Une société américaine spécialisée dans la téléphonie mobile, mais qui possédait alors de nombreux brevets concernant le transfert de données sur Internet ou encore la compression vidéo. Des brevets qu’utilisait alors Microsoft dans sa console de salon Xbox et pour lesquels Motorola demandait des royalties. Des royalties beaucoup trop élevées au goût de Microsoft, qui a toujours refusé de les payer. Depuis, Google a revendu Motorola à Lenovo, mais a conservé une bonne partie de son portefeuille de brevets. Les deux géants de la tech étaient donc officiellement en bisbille.

Travailler ensemble pour mieux servir l’utilisateur

Cette affaire appartient désormais au passé. Officiellement, Microsoft et Google se sont entendus « sur des affaires de brevets liés à la téléphonie mobile, au WiFi et aux brevets utilisés dans la Xbox et dans des produits Windows ». Tout laisse à penser que Microsoft a utilisé sa puissance de frappe liée aux brevets de la téléphonie mobile — celle-là même qui lui permet de récupérer un milliard de dollars par an de la part de Samsung — pour trouver un accord avec Google.

De fait, on ne connaît pas les termes de l’accord des deux entreprises américaines. Mais, comme c’était le cas dans l’affaire opposant Samsung à Microsoft, il y a des chances que l’on retrouve bientôt les deux sociétés sur des produits ou dans des partenariats technologiques. En fait, cela a déjà commencé avec la création au début du mois de l’Alliance for Open Media, afin de créer un nouveau codec.

D’une manière générale, les entreprises de high-tech essayent de mettre un terme aux grands procès liés aux brevets qui les opposent. C’est déjà plus ou moins le cas entre Samsung et Apple, qui ont décidé de ne plus se poursuivre en dehors des États-Unis. Dans un monde où Microsoft est invité à présenter ses produits à l’occasion de l’annonce d’un nouveau produit Apple, il ne fait aucun doute que la tendance est maintenant à l’apaisement.