Une demande de brevets récemment déposée par Google montre que la firme américaine travaille sur un système d’hologrammes projetés par ses lunettes connectées, les Google Glass.

google-glass-collection-titane

Désormais désignées sous le nom de Projet Aura, depuis que Tony Fadell a repris la main sur les recherches à son sujet, les Google Glass semblent reprendre du poil de la bête, cherchant à se renouveler. Une demande de brevet déposée par Google et relatif à un « écran portable sur la tête » (head wearable display), ce qui fait vraisemblablement référence aux Google Glass, évoque la possibilité d’utiliser un système d’hologrammes.

Si le brevet en question n’a été que déposé et pas encore validé, il témoigne des recherches de Google dans le domaine, bien qu’elles ne soient pas nécessairement appelées à être mises en application. Ce brevet évoque en tout cas la possibilité de projeter des hologrammes devant l’œil du porteur de l’appareil connecté, dans une forme de réalité augmentée.

Les détails sur les usages auxquels pense Mountain View manquent encore à l’appel, de même que le fonctionnement exact de la technologie utilisée. En revanche, elle fait clairement penser à Magic Leap, la société spécialisée dans la réalité virtuelle et dans laquelle Google a massivement investi en fin d’année 2014. Tandis que Magic Leap faisait, au printemps dernier, la démonstration de l’avancée de ses recherches – plutôt tournées vers le divertissement – les Google Glass pourraient s’orienter essentiellement vers des usages professionnels, avec une interface entièrement repensée. Autant dire que l’on a hâte de découvrir ce que le géant américain compte proposer, même si, à force de délais, on doute que sa sortie doive être attendue début 2016.