La Californie est en train de réfléchir à une nouvelle réglementation dans le domaine des voitures autonomes. Celle-ci pourrait bien refroidir les ardeurs des constructeurs comme Google ou Tesla (avec son Autopilot) puisque des règles très strictes pourraient être imposées, retardant l’adoption de ce type de voitures.

Google Car

La Californie était jusqu’à présent l’un des États les plus permissifs en terme de voiture autonome, avec le Michigan, le Nevada et le Texas. La plupart des constructeurs venaient y tester leurs prototypes, à l’image des Google Car qu’on peut voit circuler dans les rues. Ford compte également mettre sur les routes dès 2016 ses premiers prototypes de voitures autonomes. On parle également d’Apple, avec son projet Titan, qui testerait sa voiture autonome dans une base navale en Californie. Malheureusement, la Californie s’apprête à se doter de règles très strictes concernant les voitures autonomes.

 

Un volant, et un conducteur spécialisé

Mercredi, la Californie a en effet proposé de nouvelles règles qui imposent la présence d’un conducteur dans la voiture, derrière un volant physique. Voilà qui contrecarre les plans de Google qui a rendu amovible le volant de sa Google Car. Le conducteur devra en plus être doté du permis de conduire, avec une certification l’autorisant à « conduire » une voiture autonome en cas de besoin. Une règle qui empêche de proposer les Google Car comme un moyen de transport autonome sans conducteur, sur un campus voire pour faire de l’ombre à Uber, comme Google semblait l’imaginer sur le court terme.

Frandroid Tesla S (2 sur 4)

Si ces règles sont adoptées, elles freineront l’émergence des voitures autonomes en Californie. On imagine que les constructeurs vont tenter de faire du lobbying, en menaçant de quitter le territoire pour leurs essais. On peut toutefois comprendre la Californie qui tente de minimiser les risques que peuvent faire prendre les voitures autonomes. Pourtant, les rares études sur le sujet s’accordent à dire que les voitures autonomes sont plus sûres que les voitures standard puisque Google soulignait que 94 % des accidents provenaient d’erreurs humaines dans son dernier rapport mensuel. C’est sans compter sur les particuliers qui pourraient bien commencer à bidouiller leurs voitures pour les rendre autonomes, comme l’a fait avec brio le célèbre hacker geohot.

 

En France, les initiatives se multiplient

En France, on assiste depuis ses derniers mois à quelques tests, notamment du côté de PSA Peugeot Citroën ainsi que Valeo. Le premier a en effet parcouru Paris – Bordeaux en mode autonome en octobre dernier avant de réaliser un road-trip de 3 000 km de Paris à Madrid. Valeo, l’équipementier automobile, a de son côté réalisé 4 000 kilomètres en mode autonome à travers toute la France en utilisant les technologies Mobileye (comme Tesla) couplées à des caméras ainsi qu’un laser LIDAR sur une Golf de Volkswagen baptisée Cruise4U.

vehicule_autonome_road