Ford aurait été choisi par Google pour fabriquer les Google Car, les voitures autonomes du géant de Mountain View. À la manière des smartphones Nexus, le partenariat ne serait pas exclusif et d’autres constructeurs automobiles pourraient être choisis par la suite.

autonomous-fusion-mcity-39A0307_HR

Selon nos confrères du site Yahoo! Autos, Google et Ford seraient sur le point de créer une joint venture pour la fabrication des Google Car. Ainsi, Ford s’occuperait de la fabrication des Google Car en respectant les plans de Google, à l’image de ce qui se fait dans le domaine des smartphones où les constructeurs tiers fabriquent les terminaux Nexus. Le partenariat entre les deux entreprises serait annoncé lors du CES à Las Vegas en janvier prochain, selon trois sources concordantes.

Pour éviter de voir sa responsabilité engagée, Ford créerait pour l’occasion une entreprise séparée. Plus tôt dans l’année, Volvo a annoncé qu’il sera responsable pour les accidents impliquant ses voitures autonomes. Mercedes-Benz et Google ont également suivi le constructeur suédois sur la question de la responsabilité, afin d’accélérer l’adoption des voitures autonomes.

 

Ford a beaucoup à y gagner

Si Google dispose de plus de 50 véhicules autonomes (des Lexus et des Google Car), Ford vient tout juste de dévoiler son prototype de Ford Mondeo (Ford Fusion aux États-Unis) autonome qui s’apprête à parcourir les routes de Californie. Le géant a donc pris un peu de retard, et son partenariat avec Google pourrait bien lui permettre d’en apprendre un peu plus sur le comportement des voitures autonomes et de profiter de l’expertise de Google. À moins qu’un contrat strict n’empêche justement cela, en portant uniquement sur la fabrication.

 

La concurrence ne reste pas les bras croisés

Du côté de la concurrence, Elon Musk a annoncé que les Tesla seront totalement autonomes d’ici deux ans, sans nécessiter l’intervention d’un conducteur. À moins que la trouvaille du hacker geohot permette d’accélérer le déploiement des voitures autonomes. Un projet de loi en Californie pourrait toutefois fortement ralentir les travaux sur les voitures autonomes. En France, PSA Peugeot Citroën et Valeo multiplient les tests grandeur nature.

A lire sur le sujet : Autopilot et Tesla Model S : nous avons testé la conduite autonome