Tout n’est pas rose ni connecté à San Francisco, et des manifestations ont à nouveau eu lieu dans la capitale de la high-tech. Une grogne notamment due à la hausse des loyers dans la ville.

San_Francisco_(Sunset)

Depuis l’Hexagone, on a parfois l’impression que San Francisco est une grande cité merveilleuse, où il n’est question que de croissance, de bien-être, et où le principe de liberté est à son paroxysme. Mais ce trop-plein de high a aussi des effets pervers, et de nouvelles manifestations ont eu lieu hier dans la ville, et plus précisément dans le quartier de Mission, avec notamment des blocages de bus.

Mais pourquoi ? Le fond du problème, c’est une hausse énorme des loyers, et la ville est même devenue la plus chère des États-Unis. Cette hausse s’explique par la grande concentration d’entreprises high-tech (Apple, Yahoo, Google, Twitter, Facebook, Uber, Airbnb, etc..), qui emploient beaucoup de gros salaires (la rémunération moyenne est supérieure à 100 000 dollars par an), et les propriétaires ne se sont pas gênés pour augmenter les tarifs de location (3100 euros par mois pour une chambre), et parfois expulser d’anciens locataires.

google bus

Un phénomène qui s’accentue avec les années qui défilent, et qui touche aussi les villes alentour comme Oakland et Berkeley. Et pourquoi s’en prendre aux bus ? Il s’agit d’une action symbolique puisqu’ils transportent de nombreux employés vers les campus des grandes entreprises.

San Francisco est régulièrement animée par des mouvements de protestation, et par quelques faits divers, en rapport avec la high-tech. On se souvient par exemple d’échauffourées impliquant des porteurs de Google Glass.