Le Project Loon est prêt à prendre de l’altitude. Annoncé en 2013 au sein du programme Google X, désormais baptisé X au sein de la nouvelle entité Alphabet, le projet a pour but ultime de fournir un accès à Internet pour tout le monde à l’aide de ballons gonflables volant à haute altitude.

project loon

Négociations en cours

Et lors de la conférence TED de Vancouver, qui s’est déroulée hier, le patron de X, Astro Teller, a indiqué que les ballons du Project Loon entrent dans une étape cruciale puisqu’ils seront testés cette année avec des opérateurs téléphoniques en Indonésie. Le premier partenariat d’un possible premier envol, puisque l’homme a expliqué que la firme est d’ailleurs en négociation avec des opérateurs à travers toute la planète.

On apprend également que le gouvernement du Sri Lanka a négocié sa participation dans le projet, et annoncé que des tests seront menés sur l’île dès ce mois-ci. Des essais qui permettront peut-être aux pays réticents de se décider. Pour Google, il s’agirait de prendre un peu d’avance sur Facebook et son projet de drones solaires.

 

Vitesse de connexion

Astro Teller en a aussi profité pour évoquer les avancées dans le domaine de la vitesse de connexion, et Alphabet a visiblement pu atteindre un débit de 15 mégabits par seconde. D’après lui, cette vitesse devrait être suffisante pour pouvoir streamer une vidéo en live.

Pour rappel, ces ballons sont destinés à voler à environ 20 kilomètres du sol, et chaque ballon pourra émettre un signal couvrant une zone d’environ 80 kilomètres de diamètre. D’après Alphabet, les ballons sont censés pouvoir tenir 100 jours en vol avant de devoir être remplacés.

 

Des difficultés de conception

Si l’on ne sait finalement que peu de choses du Project Loon, Astro Teller nous en a appris beaucoup plus aujourd’hui. Et lors de la conférence, il a également indiqué que les ingénieurs du projet ont eu quelques problèmes pour concevoir ces ballons. Des problèmes liés à la forme des ballons, mais aussi à leur coût, qui devait être le plus bas possible mais leur permettre de pouvoir voler longtemps et avec précision.

Voilà peut-être pourquoi les équipes de X travaillent aussi sur des drones solaires capables d’émettre de la 5G.