Uber, la compagnie internationale de VTC, a décidé d’investir en masse dans le tracé de cartes pour ne plus dépendre de Google Maps.

UberPOOL

Uber ne veut plus dépendre des cartes de Google Maps. Et pour cela, la compagnie a décidé d’investir la somme de 500 millions de dollars pour envoyer une flotte tracer des cartes des États-Unis et du Mexique. La manœuvre est effectuée dans le but de pouvoir, à terme, obtenir des cartes plus précises et surtout moins chères.

Une décision pour sécuriser son indépendance

La raison qui aurait poussé Uber à se séparer des services de cartographie de Google tient à la hausse des coûts pour en profiter. En effet, Google aurait déjà augmenté les tarifs pour accéder à sa base de données, et Uber craint de devoir subir d’autres hausses à l’avenir. C’est pourquoi il a décidé d’investir un demi-milliard de dollars. De plus, cela permettrait à la compagnie de disposer de cartes plus précises que ce que Google fournit à ses clients.

Pour rappel, avec sa dernière évaluation estimée à environ 62.5 milliards de dollars, Uber peut se permettre d’investir dans des technologies pour assoir sa position. Et il ne s’en prive pas, cette initiative étant loin d’être une première chez Uber. La société a notamment acheté une compagnie spécialisée dans la navigation pas-à-pas, et aussi une partie de Bing Maps pas plus tard qu’en juin dernier.

Rien ne semble arrêter Uber, qui a pourtant dû faire face à de nombreux soucis juridiques et autres plaintes qui auraient pu ternir son image. Et la dernière levée de fond, de plus de 13 milliards de dollars, semble être un bon indicateur de la santé de la compagnie américaine.