Google entraîne son intelligence artificielle à repérer les symptômes de la perte de vue causée par le diabète pour pouvoir traiter la maladie dans les meilleurs délais.

people-lens-white-eye

Le diabète est une maladie pernicieuse. Celle-ci survient lorsque le pancréas ne produit pas assez d’insuline ou lorsque l’organisme n’est pas capable d’utiliser efficacement l’insuline qu’il produit. Résultat, la personne atteinte risque un taux de glucose trop élevé dans son sang. Un patient mal pris en charge s’expose à des risques très importants. Parmi ceux-ci, on peut citer la rétinopathie diabétique.

Ce terme savant désigne la perte de vue à cause du diabète. Et c’est précisément pour lutter contre cela que Google souhaite mettre à profit son intelligence artificielle. Dans un post publié sur le blog de Google Research, la firme de Mountain View a expliqué être en train d’apprendre à son intelligence artificielle à détecter les symptômes de la rétinopathie diabétique avant qu’il ne soit trop tard pour la soigner.

Via des techniques de machine learning, l’IA s’entraîne à repérer les signes avant-coureurs dans l’œil des patients. En effet, elle est capable de voir les lésions de la rétine — symptômes de la maladie — et d’en déterminer la gravité de la rétinopathie. Il est ainsi possible de savoir dans quels délais la personne doit être prise en charge. Jusqu’ici, seul un ophtalmologue est en mesure de réaliser un tel examen.

Des milliers d’images étudiées

Pour cet entraînement, Google a créé une base de données de 128 000 images différentes examinées. Chacune d’entre elles a été examinée par 3 ou 7 médecins issus d’un panel de 54 ophtalmologues.  Ces derniers ont à chaque fois marqué les zones endommagées de l’œil avant de « nourrir » le réseau neuronal de ces précieuses informations. En se basant sur les connaissances ainsi acquises, l’intelligence artificielle s’est révélée être un outil de diagnostic performant. Google écrit en effet que sur 12 000 images testées, les analyses du système « correspondaient fortement aux diagnostics des ophtalmologistes ».

retinopathie-diabetique

Google affirme que cette technologie pourrait être déployée dans les régions où il est plus difficile d’obtenir un rendez-vous avec un médecin ou tout simplement pour aider les ophtalmologues. Mais la démocratisation de son utilisation est loin d’être acquise. Au vu de la sensibilité de la problématique abordée, l’entreprise devra mener des tests plus larges et entrer en coopération avec des centres cliniques avant d’obtenir l’autorisation des autorités.

415 millions de personnes à risque

Rappelons que 415 millions de personnes dans le monde peuvent être confrontées, un jour ou l’autre dans leur vie, à la rétinopathie diabétique, selon les chiffres de la Fédération internationale du diabète. Pour en savoir plus, vous pouvez aller consulter l’article scientifique publiée par Google dans la revue JAMA.

Ces recherches ne sont pas sans rappeler celles de DeepMind, autre branche d’Alphabet spécialisée dans l’intelligence artificielle et également impliquée dans le développement des technologies médicales.