L’offre des Google Pixel et Pixel XL n’arrive pas à satisfaire la demande très élevée aux États-Unis. En octobre dernier, la firme de Mountain View devait déjà faire face à des ruptures de stock similaires.

Cela fait plusieurs mois maintenant que Google a dévoilé ses Pixel et Pixel XL. Si ces smartphones ne sont pas disponibles en France, ils rencontrent un franc succès aux États-Unis. Leur popularité est telle que la firme de Mountain View est dépassée par la très forte demande de ses terminaux.

En effet, les produits semblent souffrir de ruptures de stock régulières. Les analystes de Wave7 Research ont publié une étude, relayée par FierceWireless, dans laquelle on apprend que 9,5 % des smartphones vendus par Verizon en décembre 2016 étaient des Pixel et Pixel XL. Pour rappel, Verizon est le seul opérateur américain autorisé à vendre ces terminaux — pour utiliser un Pixel avec un autre utilisateur, il faut l’acheter nu.

Les analystes écrivent notamment que « la plupart des Pixel XL stockés seront livrés en mars et la plupart des Pixel stockés sont en rupture de stock également ». Le problème ne date pas d’hier. Fin octobre, un souci similaire avait déjà été observé.

De la pub à foison

Autrement dit, Google n’avait pas prévu à quel point ses terminaux allaient bien se vendre. Et ce succès est, en grande partie, dû à la publicité.

« À l’instar d’Apple, de Samsung et des Droid de Motorola, les Pixel et Pixel XL continuent d’être très promus à travers des publicités —  autant que les plus grands fabricants », indique le rapport. De nombreuses campagnes promettent notamment de pouvoir acheter un Pixel à 10 dollars par mois et un Pixel XL à 15 dollars par mois. « Il est clair que la demande excède l’offre », affirme Wave7 Research.