Le dernier décret de Donald Trump a fait réagir la Silicon Valley, Google se prépare à son entrée en vigueur.

Un des derniers décrets de Trump interdit les citoyens de l’Iran, du Soudan, de la Syrie, de l’Irak, de la Libye, de la Somalie et du Yémen d’entrer aux États-Unis pendant 90 jours. L’administration considère que les trois premiers pays visés sont liés au terrorisme, alors que les trois derniers pays sont directement « concernés ». 

Google, et la plupart des entreprises de la Silicon Valley, ont réagit à ce décret. Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, a publié un long message sur son profil Facebook : « Mes arrière-grands-parents sont venus d’Allemagne, d’Autriche et de Pologne. Les parents de Priscilla étaient des réfugiés de Chine et du Vietnam. Les États-Unis sont une nation d’immigrants, et nous devrions en être fiers.« . Sundar Pichai, à la tête de Google, a publié une note auprès de ses employés : il demande à ses équipes de rentrer au plus vite aux Etats-Unis, pour ne pas rester bloqués à la frontière américaine. Une centaine d’employés de Google sont originaires d’un des pays visés par le décret.

« Nous sommes préoccupés par l’impact de ce décret et toute proposition qui pourrait imposer des restrictions sur les Googlers et leurs familles, ou qui créent des obstacles à intégrer un grand talent aux États-Unis » a déclaré un porte-parole de Google dans un communiqué.

Microsoft a également réagit, la décision de Trump pourrait avoir un gros impact sur le développement et la recherche américaine selon l’entreprise dirigée par Satya Nadella. Toutes ces entreprises américaines ont recruté beaucoup d’immigrants du monde entier, dont les ingénieurs les plus doués.