Google profite du rapprochement diplomatique entre Cuba et les États-Unis pour activer ses serveurs Google Global Cache sur l’île castriste. Une première pour une entreprise étrangère dans le pays.

Pendant son mandat de président des États-Unis, Barack Obama a marqué un grand coup en rouvrant les échanges diplomatiques avec Cuba, l’État communiste qui se trouve à moins de 150 kilomètres de la Floride. Les deux pays aux idéologies rivales réussissaient enfin à renouer contact.

Or, une normalisation des échanges implique forcément des conséquences sur le plan économique et sur les investissements entre Cuba et les États-Unis. Dans ce contexte, comme prévu, Google est devenu la toute première entreprise étrangère du web à s’installer sur l’île gouvernée par Raúl Castro.

Un accès plus rapide

La firme de Mountain View a en effet activé ses serveurs installés à Cuba. Ces derniers vont permettre aux utilisateurs locaux de profiter du réseau Google Global Cache (GGC). Celui-ci fournit un accès plus rapide aux contenus les plus populaires (comme une vidéo virale sur YouTube) dans les zones où Internet n’est pas très bien déployé. Jusqu’ici, les Cubains se connectaient grâce à des câbles sous-marins connectés au Venezuela. 

« Cela va permettre beaucoup de changements pour les Cubains », affirme Doug Madory, un analyste de Dyn, une entreprise prestataire de service DNS. Réaliste, il poursuit : « Internet à Cuba va toujours être un processus très lent. Il s’agit simplement d’un rare pas en avant. Pour les services Google, qui seront hébergés dans le pays, c’est une étape importante ». 

Internet à Cuba

Cuba est le pays qui bénéficie de la moins bonne connectivité de l’hémisphère ouest. Avec seulement 240 points d’accès Wi-Fi dans le pays. Par ailleurs,  avec un prix moyen de connexion à Internet d’environ 1,5 dollar pour l’heure, il s’agit d’une dépense très grosse dans un pays dont le salaire moyen est de 25 dollars par mois. 

Ainsi, l’arrivée de Google ne risque pas vraiment de changer la vie des Cubains avant un long moment. L’entreprise elle-même l’admet en précisant que « les Cubains qui ont déjà accès à Internet et qui veulent utiliser nos services vont percevoir des améliorations en termes de qualité de service et un temps de latence réduit pour les contenus mis en cache ».