Gemalto, le pionner du Java embarqué sur carte à puces (JavaCard) et accessoirement l’un des leaders mondiaux des cartes à puce, se lance dans une offensive contre Android pour défendre ses brevets.

Depuis quelques mois, les grands de l’informatique ne cessent de s’attaquer à la plateforme Android et aux constructeurs l’utilisant, en invoquant des violations de brevets. Microsoft, Oracle, Apple et maintenant Gemalto indiquent tour à tour que leurs brevets sont illégalement réutilisés sur la plateforme Android.

Pour Gemalto, comme pour Oracle, c’est la machine virtuelle Dalvik ainsi que les processus de génération des applications développées en Java, qui sont la cause de ces attaques. Ce que fait aujourd’hui Dalvik aurait été déposé dans les années 90 par Gemalto.

Encore une affaire de brevet bafouée et l’espérance de rentrées d’argent pour les plaignants !

Il est quand même étonnant que ces attaques ne soient lancées que 3 ans après l’annonce du kit de développement et 2 ans après la disponibilité des codes sources…Comme si ces sociétés avaient découverts Android lorsque leurs intérêts financiers pouvaient être mis à mal…

Source : Business Mobile