Eric Schmidt se montre aussi confiant que positif quant au futur de la Google TV.

À l’occasion du Web 2.0 Summit qui a lieu actuellement à San Francisco, Eric Schmidt, le PDG de Google, a fait de nombreuses déclarations. Sous le feu des questions des hôtes de l’événement John Battelle et Tim O’Reilly, il a dévoilé le Nexus S, mais s’est aussi confié à propos de la Google TV.

Nous vous informions dimanche dernier que la situation de la Google TV s’assombrissait, car les deux réseaux SyFy et Fox venaient à leur tour de bloquer l’accès à leurs sites internet et par conséquent aux contenus.

Google n’avait jusqu’alors pas réagi de manière officielle, même si l’homme à la tête du projet avait changé. Les deux hôtes étaient presque obligés de poser la question. Dans un premier temps, le PDG a dit qu’il ne pouvait pas prendre la place des réseaux et expliquer pourquoi ils avaient pris une telle décision.

Mais il a ensuite donné comme argument que c’était la première fois qu’une entreprise essayait de mettre Internet sur la télévision à grande échelle. Par conséquent tout n’est pas simple, car les acteurs sont réticents devant cette nouveauté. On remarque ici qu’E. Schmidt fait abstraction de l’Apple TV qui existe déjà, bien que son positionnement soit quelque peu différent.

Il a ensuite développé son argumentation, en indiquant que les réseaux croient que si l’on passe d’une télévision « bête » à « intelligente », le business model changera également. La mauvaise analyse (selon Schmidt) d’une chaîne serait alors de se dire qu’un énorme flux d’argent allait disparaître car elle ne contrôlerait plus rien. Mais le PDG n’est pas d’accord et pense que cette nouvelle ère va pousser les gens à regarder encore plus la télévision, car Internet y sera intégré.

Il a aussi mis en avant le fait que les journalistes avaient volontairement ajouté une dose de sensationnel à l’histoire, mais pour lui Google et les réseaux de média vont très rapidement s’unir à nouveau. Il n’oublie pas non plus de préciser que les applications auront un rôle essentiel sur cette plateforme, car elles apporteront des jeux et du contenu, mèneront à l’émergence de nouvelles technologies… Elles ne sont toujours pas disponibles et, dans les précédentes déclarations, il avait été indiqué que tout cet écosystème devait apparaître en début d’année 2011.

En attendant, nous, européens, devons sagement attendre à la mise en vente des différents périphériques  qui devrait débuter avec la mise à disposition des applications.