Google Music a été annoncé à la Google I/O. On y retrouve seulement du streaming sur invitation pour les américains ! Toutefois, la nouvelle application Musique peut facilement être téléchargée pour les smartphones.

Les rumeurs étaient fondées : Google travaillait bien sur un service de streaming en ligne. Il n’y a pas malheureusement pas d’achat de titres, car selon les déclarations des intervenants, les majors ne sont pas encore prêts à cette révolution numérique. Bien que nous connaissions quelques détails sur la plateforme, Google possédait tout de même d’autres cordes à son arc et nous gratifie donc de fonctionnalités imprévues.

Pour ce qui est du système, il pourra bien stocker 20 000 chansons (la vérification semble être sur le nombre et non pas l’espace de stockage). Le service est valable uniquement sur invitation et la restriction continue avec les seuls habitants des Etats-Unis. Le service sera gratuit temporairement… ensuite, mystère ! La position officielle concernant cette restriction géographique vient du fait qu’il serait difficile pour Google « de s’assoir dans un laboratoire et de tenter d’anticiper les besoins des différents pays ». L’objectif est bien une adoption massive au final, mais qui comme l’américain le fait souvent, il restreint ses services, avant de les ouvrir petit à petit. La qualité du streaming sera jusqu’à 320 kbps : tout dépendra de la qualité des fichiers et de la connexion.

Pour écouter vos musiques, vous pourrez le faire depuis votre smartphone (Android 2.2+), votre tablette ou un site Internet. L’objectif est de pouvoir écouter votre musique n’importe où, même déconnecté (les morceaux joués récemment sont stockés en mémoire). Mais avant cela, vous devrez importer votre collection. Depuis votre terminal Android, aucun problème. Pour ce qui est de votre ordinateur, un logiciel sera proposé pour Windows et Mac. Il permettra d’envoyer du contenu depuis le dossier musique, celui de votre choix, ou votre bibliothèque iTunes. Ensuite, toute la synchronisation est gérée de manière automatique.

Pour la version web, c’est de l’HTML5 (contrairement au Flash qui avait été indiqué par les rumeurs). On accède à tout son catalogue : chansons, artistes, albums, genres, playlists, recherche… On peut régler le volume, choisir le mode aléatoire et la lecture en boucle.

Un algorithme de prédiction, Instant Mix (qualifié de génie !) , va découvrir vos goûts et composera des playlists selon les musiques que vous écoutez régulièrement.

L’application pour Honeycomb est strictement la même que celle fournie par défaut, mais est mise à jour, pour offrir le streaming (via l’OTA d’Android 3.1).
Pour ce qui est des smartphones, l’application qui avait fuitée était bien la bonne. En revanche tout le volet personnalisation (menu Paramètres) disparaît. L’apparence est identique à la version pour tablettes, avec notamment le carrousel en paysage. Elle est disponible uniquement aux Etats-Unis (enfin presque) et pour Android 2.2+.

Deux astuces :

  • Demander une invitation à Google Music, lorsqu’on n’habite pas dans ce pays (via Android-France)

Bien que le système nécessite une invitation, il est possible d’en faire la requête via un proxy.
Il suffit d’utiliser ce proxy (ou n’importe lequel domicilié aux Etats-Unis).
Rendez-vous sur music.google.com et identifiez-vous.
Faites ensuite une demande d’invitation et vous n’avez plus qu’à attendre !

  • Télécharger la nouvelle application Musique (pas besoin d’une invitation)

C’est très simple (à condition d’avoir un téléphone rooté – méthode trouvée par imfloflo) :

1] Téléchargez Market Enabler

2] Lancez l’application et choisissez un opérateur américain. Par exemple : verizon

3] Fermez l’Android Market : Paramètres -> Applications -> Gérer les applications -> Android Market -> Forcer l’arrêt

4] Téléchargez l’application Music

5] Profitez de cette nouvelle interface !

Une vidéo de Google Music :

Google prend de l’avance sur son concurrent direct : Apple. En revanche, il est toujours impossible de commander de la musique, ce qui est un vrai handicap.