Ce que l’on appelle in-app purchase ou encore DLC (Download Content), ce sont des contenus ou des services que vous pouvez acheter directement dans des applications comme les jeux. Sur iOS, Apple impose son système et récupère au passage 30% de commission. Sur Android, Google n’était pas jusqu’à aujourd’hui aussi regardant, ils étaient même assez laxistes. En effet, il était posible d’utiliser des services d’in-app purchase tiers comme Paypal, Zong ou Boku par exemple.

Depuis quelques jours, Google aurait mené une vraie campagne d’avertissement auprès de quelques gros éditeurs dont Papaya qui a tout de suite porté l’affaire au public en envoyant une copie de l’e-mail à Reuters.

« Ils ont dit aux gens que s’ils utilisaient les services de paiement autres, ils seraient en infraction avec les conditions d’utilisation. Que ce soit bon ou mauvais, nous devons suivre les règles »

Papaya explique que lorsque les premières applications ont été lancées, il n’existait aucune solution chez Google d’in-app purchase. Ils ont du utiliser une solution tierce.

« Si nous avions le choix, la liberté de choisir le service de facturation, alors ce serait encore mieux. Mais si nous devons suivre les règles, nous le ferons. Je veux maintenir une très bonne relation avec Google. Nous collaborons fort. C’est très important pour le business »

Google veut naturellement imposer l’utilisation de Google Wallet pour récupérer les frais de transaction ou si vous voulez les commissions, qui s’élèvent à 30%. D’autant plus que le modèle freemium remporte un énorme succès sur Android, en autres car le modèle d’applications payantes ne rencontre pas le même succès que sur iOS. Côté utilisateur, vus allez devoir obligatoirement souscrire à un compte Google Wallet pour profiter des options in-app purchase.

C’est assez surprenant de la part de Google, néanmoins ce modèle plutôt laxiste a permis à d’autres solutions de markets alternatifs de prospérer comme GetJar, Amazon Appstore for Android ou encore YAAM. Une réaction qui peut paraître assez autoritaire mais qui vise à proposer une expérience plus cohérente aux utilisateurs, c’est sûrement dans cette même démarche que Google a renommé l’Android Market en Google Play. Un modèle bien proche du modèle iOS, qui est un vrai succès.