Les attaques d’Apple contre Samsung ont-elles réveillé les constructeurs asiatiques ? Chez HTC, oui ! … et Samsung continue bien évidemment…

Vous le savez probablement, le 12 septembre 2012 est un jour important pour les amoureux de la pomme : l’annonce du prochain iPhone (à moins qu’Apple annonce quelque chose de totalement imprévu). Nous vous l’avons indiqué à de nombreuses reprises : lorsqu’Apple s’attaque à Samsung, c’est d’une part pour déstabiliser le premier acteur du marché (en essayant d’interdire les ventes), mais aussi pour mettre en garde l’ensemble de l’écosystème Android.

Les constructeurs Android ont décidé de ne plus se laisser marcher dessus et l’iPhone 5 semble être la proie idéale, notamment parce qu’il serait compatible avec la plupart des fréquences LTE utilisées en Amérique, en Europe et en Asie. HTC est le premier à tirer en décidant de saisir la Commission internationale du commerce (ITC) à propos des brevets sur les méthodes de connexion aux réseaux LTE. Le taïwanais est tout simplement le premier constructeur à avoir commercialisé un terminal tactile avec ce type de connectivité aux Etats-Unis. Il possède donc des brevets que HTC qualifie de « critiques » sur le fonctionnement de la technologie. Plus précisément, ce sont deux brevets relatifs à la transmission de larges volumes de données que compte utiliser le constructeur asiatique contre Apple.

La plainte ayant été acceptée par le juge chargé de l’affaire, l’entreprise à la pomme est secouée car il ne s’agit pas uniquement de l’iPhone mais aussi de l’iPad vendu en version LTE chez AT&T et Verizon. En réalité, il ne s’agit pas de brevets que HTC a déposé, mais plutôt ceux d’ADC Telecommunications que le taïwanais a racheté en avril 2011 pour 75 millions de dollars. Selon les premières déclarations du juge, l’action de HTC aurait de grandes chances d’aboutir dans la mesure où l’utilisation de la technologie d’HTC est avérée. Apple va faire son maximum pour protéger ses produits et sa défense sera simple : ces brevets sont invalides car HTC les a acheté uniquement pour générer ce type de procès et le remporter.

Il faut dire que HTC est encore amer après qu’Apple a réussi à retarder le lancement de deux de ses smartphones clés aux Etats-Unis : le One X et l’Evo 4G LTE. L’entreprise américaine avait tout simplement fait saisir les importations par les douanes.

Mais n’oublions pas notre cher Samsung, qui voue une passion débordante dans les procès avec Apple. Pour le géant asiatique, les brevets sur la 3G sont désormais standards et doivent être soumis à des licenses FRAND (Fair, Reasonable and Non-Discrimantory, c’est-à-dire Equitable, raisonnable et non discriminatoire), mais la situation est bien différente pour la LTE car ils sont à la fois récents et ont bien évidemment une grande valeur.

A priori, il ne devrait pas y avoir d’interdiction de ventes dans le cas de Samsung, mais Apple pourrait être condamné à débourser de lourdes sommes pour pouvoir utiliser les réseaux LTE.