Après le Galaxy S6 de Samsung, au tour du HTC One M9 de passer sur notre banc de test. Nous avons pu passer quelques minutes avec le dernier né du constructeur taïwanais pour lancer notre suite de benchmarks. Nous l’avons comparé au HTC One M8, mais aussi au dernier Galaxy S6.

HTC One M9 perfs-1

 

Le HTC One M9 était l’annonce la plus attendue du constructeur taïwanais lors du MWC de Barcelone. Toutefois, il n’y a guère eu de surprise tant les fuites se sont multipliées à quelques jours de son officialisation. Si du point de vue du design, il n’y a pas eu de grands changements, on ne peut pas en dire autant des parties matérielles et logicielles du One M9. Dans cet article, nous nous consacrerons à la partie matérielle et plus précisément aux performances. Nous ne perdons pas de vue la partie logicielle, mais les nouveautés de l’interface Sense 7.0 sont prévues dans un autre dossier.

Snapdragon 810 G Flex 2

Le Snapdragon 810 dans le LG G Flex 2

HTC a choisi d’équiper le One M9 avec l’un des SoC les plus puissants disponibles actuellement : le Snapdragon 810 de Qualcomm. On commence à bien connaître ce SoC, que l’on a déjà vu dans le LG G Flex 2 et plus récemment dans la tablette de développement MDP 810 Tablet de Qualcomm. C’est toutefois la première fois qu’on le voit dans un produit finalisé, puisque le G Flex 2 était encore sous une version debug de LG UI lors de notre test. Nous avons pu passer sur le stand de HTC pour lancer de nombreux benchmarks. Nous n’avons pas pu réaliser notre banc de test complet puisqu’il nous a été impossible de relier le terminal en USB à un ordinateur pour mesurer les performances sous Real Racing 3. On se contentera donc de benchmarks synthétiques et applicatifs avec AnTuTu, PCMark, Basemark OS, 3DMark, GFXBench et Androbench.

 

Le Snapdragon 810 aux commandes

Un petit rappel des caractéristiques du SoC haut de gamme de Qualcomm : il dispose de huit cœurs, dont quatre cœurs Cortex-A57 capables d’êtres cadencés à 1,96 GHz assistés par quatre cœurs basse consommation Cortex-A53 pouvant atteindre 1,55 GHz. Le GPU en renfort sur les tâches graphiques est l’Adreno 430. Tout ce petit monde est gravé en 20nm, chez TSMC. Le SoC supporte la mémoire LPDDR4 à 1555 MHz sur un bus de 2 x 32 bits. On est donc très proche sur toutes les caractéristiques de l’Exynos 7420 de Samsung. Qualcomm ne doit pas apprécier d’être comparé à Samsung et c’est notamment pour cela que le géant de San Diego à annoncé, lors du MWC, son Snapdragon 820 utilisant des coeurs Kryo à la place des Cortex. Ce sont les successeurs des Krait qui supporteront cette fois-ci le jeu d’instructions 64 bits et seront gravés en 14 ou 16nm FinFET, pour mieux concurrencer Samsung. Celui-ci devrait aussi comporter un Adreno 530.

 Snapdragon 810Snapdragon 801Exynos 7420
CPU4 x Cortex-A57 @ 1.96 GHz
4 x Cortex-A53 @ 1.5 GHz
4 x Krait 400 @ 2,26 GHz4 x Cortex-A57 (2,1 GHz)
4 x Cortex-153 (1,5 GHz)
GPUAdreno 430Adreno 330Mali-T760 MP8
RAMLPDDR4 (2x 32-bit @ 1555MHz)LPDDR3 (2x 32-bit @ 933 MHz)LPDDR4 (2x 32-bit @ 1555MHz)
Architectureaarch64armv7laarch64
GravureTSMC 20nmTSMC 28nmSamsung 14nm FinFET
StockageeMMCeMMCUFS 2.0

 

HTC One M9 ou One M8 ?

Le One M9 étant le fer de lance 2015 de HTC, il se doit d’être irréprochable au niveau des performances. De nombreux consommateurs se procureront ce One M9 pour ses performances. Ceux qui ont déjà un One M8 doivent toutefois se demander si la différence de performances est si flagrante que cela et s’il y a réellement un intérêt à changer d’appareil. Nous avons donc comparé les performances du One M9 avec le One M8, mais aussi avec le LG G Flex 2 (dans sa version de pré-serie, donc avec des résultats possiblement inférieurs à ceux qui seront atteints par les terminaux finaux) qui dispose aussi d’un Snapdragon 810 et bien évidemment avec le Galaxy S6 de Samsung qui en sera le principal concurrent. Il ne faut pas oublier que les performances ne sont qu’un point de différenciation entre le One M8 et le One M9. Il faut aussi prendre en compte Sense qui est passé en version 7.0 sur le One M9. On peut toutefois supposer que le One M8 bénéficiera de la mise à jour de Sense 7.0 vers 8.0 au moment venu. Place maintenant aux résultats des benchmarks.

One-M8-M9

 

Les performances

 HTC One M9HTC One M8LG G Flex 2Galaxy S6
SoCSnapdragon 810Snapdragon 801Snapdragon 810Exynos 7420
DéfinitionFull HD (1080p)Full HD (1080p)QHD (1440p)QHD (1440p)
AnTuTu 5.1.556 78143 00047 22061 150
PCMark4 1664 1993 3005 000
Basemark OS (system)1 5822 120-3 639
Basemark OS (memory)919329-1 380
Basemark OS (graphics)3 1731 799-2 490
Basemark OS (web)795801-778
3DMark Ice Storm Unlimited Total23 35017 035-22 265
3DMark Ice Storm Unlimited Graphics33 90816 965-23 630
3DMark Ice Storm Unlimited Physics11 17417 285-18 521
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)50 / 49 FPS28 / 24 FPS? - 46 FPS19,1 / 47,1 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)24 / 23 FPS12 / 10 FPS? - 20 FPS7,6 / 23,3 FPS
Real Racing 3--27 FPS41 FPS
Lecture / écriture séquentielle236 / 121 Mo/s105 / 32 Mo/s-318 / 143 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire5 207 / 3466 IOPS3752 / 950 IOPS-20 023 / 5 146 IOPS

Un processeur qui joue au yoyo

Dans les benchmarks qui dépendent fortement du processeur, le HTC One M9 est derrière le Galaxy S6, ce qui n’est pas étonnant puisque c’est ce que l’on avait vu lors du dossier sur les performances du terminal de Samsung. Par rapport au One M8 en revanche, le constat est un peu différent. Sur PCMark, les deux générations de One sont au coude à coude et sur AnTuTu, le plus récent des deux termine premier. Sur Basemark OS, le One M8 prend les devants dans le test système, mais se laisse distancer dans le test mémoire. On peut donc en conclure qu’au niveau du processeur, le Snapdragon 810 se révèlera parfois plus performant et d’autres, moins que le Snapdragon 801.

AnTuTu
  • Samsung Galaxy S6 : 61150
  • HTC One M9 : 56781
  • LG G Flex 2 : 47220
  • HTC One M8 : 43000

L’explication tient sûrement à la fréquence des cœurs. Le Snapdragon 810 se limite à 1,96 MHz pour les Cortex-A57 alors que les Krait 400 du Snapdragon 801 montent à 2,26 GHz. Les Krait 400 peuvent aussi peut-être bénéficier de quelques améliorations architecturales qui pourraient expliquer ces résultats pas toujours forcément cohérents. Toutefois, le One M9 se distinguera probablement par son autonomie qui pourrait être meilleure grâce à la gravure en 20nm du Snapdragon 810 contre 28nm sur le Snapdragon 801. À ce petit jeu, Samsung gagne puisque son SoC profite d’une gravure en 14nm FinFET.

 

Un GPU bien présent

Là où les possesseurs d’un One M8 verront le plus différence, c’est sur la partie graphique. En effet, l’Adreno 430 est bien plus véloce que l’Adreno 330 et se permet même de devancer le Mali-T760 MP8 de l’Exynos 7420, du moins dans les benchmarks. Ainsi, dans les tests graphiques de 3DMark et sous GFXBench, le One M9 se positionne largement devant le One M8 et le Galaxy S6. Toutefois, il faudra vérifier cette donnée sous Real Racing 3 en mesurant le framerate de ce jeu plutôt gourmand. On a déjà connu des terminaux très performants dans les benchmarks, mais qui s’effondrent lors de longues sessions de jeu à cause d’une fréquence GPU qui reste la plupart de son temps proche de zéro.

T-Rex
  • HTC One M9 : 49
  • Samsung Galaxy S6 : 47
  • LG G Flex 2 : 46
  • HTC One M8 : 24

Nous avons tenté de vérifier si les performances du One M9 ne chutaient pas après plusieurs minutes de benchmark. Nous avons donc lancé GFXBench (Manhattan et T-Rex) pendant 20 minutes. Les performances sont restées les mêmes tout au long du test, malgré une température extrêmement élevée sur la coque en aluminium. Cela n’est pas très étonnant puisque l’aluminium possède une conductivité thermique forte. Mais ce n’était pas du tout agréable à porter dans ses mains. Nous avons relevé une température d’environ 50°C sur les capteurs présents dans le terminal. En revanche, le One M9 ne s’est pas coupé lors des tests comme on a pu le voir il y a quelques jours sur un site Roumain. Toutefois, le cas de nos confrères est assez particulier puisqu’ils ont lancé des benchmarks alors que le mobile était en train d’être rechargé et donc devait déjà être plutôt chaud. De notre côté, nous n’avons pas découvert ce type de problématique.

Il faut noter que HTC One M9 semble continuer à « tricher » dans les benchmarks. Une hypothèse qu’il faudra toutefois confirmer lors de notre test complet. En effet, un petit tour dans les réglages développeurs permet d’activer l’option hautes performances qui permet de forcer la fréquence CPU / GPU à ne pas baisser malgré la consommation et la chauffe. Même si cette option est désactivée, elle semble être active lors des benchmarks. Il faudra donc vérifier cela en pratique et notamment dans les jeux gourmands.

 

L’eMMC grimpe en flèche

Même si HTC n’est pas passé à la mémoire UFS 2.0 de Samsung, les puces de mémoire eMMC qu’elle utilise sont plutôt bonnes. Très bonnes même, si on les compare au HTC One M8 qui utilisait lui aussi de la mémoire eMMC. Ainsi, le débit en lecture est plus que doublé alors que le débit en écriture est pratiquement multiplié par trois. Le nombre d’opérations par seconde réalisables en lecture et en écriture est lui aussi en forte hausse. Les performances pour les installations d’applications ou pour les transferts de fichiers devraient donc être en forte hausse.

Lecture séquentielle
  • Samsung Galaxy S6 : 318
  • HTC One M9 : 236
  • HTC One M8 : 105

 

Faut-il sauter le pas ?

Faut-il craquer pour le One M9 lorsque l’on vient du One M8 ? Avec ces quelques tests, nous avons déjà un début de réponse, mais il faudra bien sûr attendre le test complet pour se prononcer de manière finale. Du point de vue des performances, le One M9 place la barre très haut dans le domaine vidéoludique ou encore avec sa mémoire flash. En revanche, au niveau de son processeur, le gain par rapport au Snapdragon 801 n’est pas si flagrant que cela. Dans tous les cas, l’utilisateur d’un One M8 ne verra pas de régression dans les performances au quotidien. Vous hésitez avec un Galaxy S6 de Samsung au niveau des performances ? La réponse est plus délicate puisqu’il faudra vérifier dans la pratique, en dehors des benchmarks car sur ce terrain, les deux terminaux sont très proches. Pour le reste, il faudra attendre notre test complet.

Merci à Marvin, Charles et Jérémy pour leur collaboration !