À l’occasion d’une visite dans les locaux de HTC à Taiwan, les designers ont récité à la lettre le discours marketing qu’ils avaient appris pour expliquer le choix des couleurs du nouveau HTC U11. Et étonnamment, ils ont été parfaitement convaincants.

À l’occasion du lancement de son HTC U11 aux bordures à presser, le constructeur HTC a organisé une visite de ses locaux à Taipei. L’occasion d’avoir un aperçu des chaînes de production du flagship — ainsi que celles du Google Pixel au passage — du studio des designers et du laboratoire de R&D.

Sur la partie technique, rien de bien folichon à noter. HTC dispose d’infrastructures bien pensées et s’appuie sur tout un tas d’automates pour concevoir les cartes mères de ses terminaux et mener toute une batterie de tests, essentiellement de connectivité (GSM, Bluetooth, 4G, SMS…), mais aussi de résistance (avec notamment un passage de 30 secondes dans un tambour en rotation).

Un automate en action sur la ligne de production du HTC U11.

 

Entre deux machines, il y a toujours au moins un ouvrier pour assembler les différents composants ensemble, s’assurer qu’il n’y pas de défauts de fabrication et mettre en boîte les smartphones. À la fin de la ligne de production, une poignée d’employés passent au crible fin environ 10 %. des téléphones fabriqués pour s’assurer, entre autres, qu’aucune rayure n’ait été faite, que la prise en main est soignée ou encore que toute la connectique fonctionne bien.

Au laboratoire, l’énergie des ingénieurs a été fortement mise en avant. Ces derniers se sont évertués à présenter leurs machines et protocoles qui permettent d’optimiser la qualité du capteur photo. Celui-ci est soumis à différentes conditions plus ou moins compliquées à gérer et les équipes de HTC analysent le rendu des couleurs et des détails avant d’apporter les corrections qu’ils estiment nécessaires puis de répéter les mêmes schémas de test.

Pour la partie audio, le challenge est de proposer la meilleure expérience possible en minimisant la taille des composants. Les tests sont réalisés sur des mannequins capables d’écouter et dont la structure des oreilles est une parfaite réplique de celles des humains. Pour contrôler la qualité du son, les ingénieurs testent le HTC U11 en imitant les conditions réelles (bruits de voitures, de trains, de pluie, etc.), mais aussi dans une salle sans bruit pour évaluer la diffusion du son sans interférence. Mention spéciale à la chambre anéchoïque, aussi impressionnante qu’étouffante et angoissante.

Vous n’entendrez jamais le moindre écho dans cette salle.

Voilà pour le petit tour. Comme dit plus haut, il n’y a rien de particulièrement marquant. Cependant, pendant cette visite, mes confrères et moi-même avons eu l’occasion de discuter avec quelques designers de HTC. Ces derniers travaillent dans des bureaux à l’architecture très épurée, aux antipodes de l’usine et du laboratoire plus austères. On comprend que les locaux ont sans doute été pensés pour favoriser la créativité de ces esthètes.

Des locaux très spacieux pour les designers.

L’un d’entre eux nous sert le discours habituel de tous les fabricants de smartphones. Celui-ci peut se résumer en quelques mots : « Chez HTC, l’innovation design a toujours été au centre de nos préoccupations » (citation inexacte, mais résumant parfaitement le propos de notre interlocuteur).

À ce moment-là, je regarde autour de moi pour voir tous les journalistes écouter poliment, mais aucun ne semble vraiment prêter beaucoup d’importance à ce que raconte le designer. Tous semblent habitués à ce genre de discours mélioratifs et assez insipides. D’autant plus que le HTC U11 est, certes beau, mais ne propose pas du tout une rupture esthétique, contrairement à ce que l’on a pu voir avec le Samsung Galaxy S8 et ses bordures quasi inexistantes.

Heureusement, un autre créateur prend la parole à son tour, pour mettre l’accent sur les coloris. Et là, pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai trouvé le choix des couleurs du smartphone parfaitement justifié et bien expliqué. Pour rappel, le HTC U11 se décline en cinq versions : Chrome irisé (bleu clair), Noir nacré, Blanc perle, Bleu saphir (bleu foncé) et Rouge solaire (qui devient doré en fonction de l’inclinaison du smartphone).

Le designer de HTC explique que lui et ses collègues voulaient simplement proposer des tons que l’on n’a pas l’habitude de croiser sur des smartphones. Pour cela, ils ont regardé les couleurs que l’on trouve dans la nature et ont essayé de les retranscrire sur les produits. Le noir s’inspire donc d’un ciel de nuit, les bleus puisent leurs sources dans les nuances de l’océan et le variation dorée du rouge évoque le soleil. C’est ainsi que pour chaque modèle, on peut s’amuser à regarder le dos sous toutes ses coutures pour apprécier les innombrables reflets qui donnent l’impression que la couleur change constamment.

Dit comme cela, on a évidemment l’impression de faire face à un énième discours marketing. Mais étonnamment, celui-ci sonne bien moins creux que d’habitude. À titre de comparaison, je me rappelle notamment de la présentation du Huawei P10 qui avait mis l’accent sur les deux variantes créées avec le nuancier Pantone : Grennery (Vert) et Dazzling Blue (Bleu). Lors de l’événement à Barcelone, le fabricant chinois expliquait que ces couleurs inspiraient le repos, l’apaisement ou encore la confiance. Autant d’arguments qui semblaient totalement contradictoires avec l’objet smartphone en lui-même qui génère plutôt du stress, qu’il soit vert ou bleu.

HTC a évidemment préparé son discours commercial, mais j’ai senti (et j’ai envie de croire) que ce designer a dit vrai. Lui et ses collègues semblent s’être amusés lors de la conception des couleurs en mélangeant divers pigments. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est vraiment convaincant. Dommage que le HTC U11 se salisse si vite, les traces de doigts gâchant totalement l’effort des nuanciers.

Le HTC U11 et sa fonctionnalité Edge Sense qui incite à le « squeezer » pour lancer des actions seront sans doute critiqués sur plusieurs aspects. Mais l’originalité des couleurs, elle, convainc totalement.

À lire sur FrAndroid : Prise en main du HTC U11, le smartphone à presser