Et si Google rachetait HTC ? L’hypothèse a déjà été mentionnée par le passé, alors que le constructeur taiwanais était déjà dans la tourmente. Bloomberg a relancé la rumeur vendredi, ou du moins en partie : HTC se séparerait de son activité autour de la réalité virtuelle, et Google ferait partie des candidats.

Quelque part, c’est la suite logique d’un partenariat déjà annoncé autour de Daydream. Mais forcément, on a toujours tendance à vouloir voir la firme de Mountain View intégrer le fabricant de smartphones, qui lui fournit déjà ses derniers Pixel. Faisons le point sur les scénarios possibles et ce qu’ils apporteraient aux utilisateurs.

Google et HTC : deux approches de la réalité virtuelle

Au départ, Google et HTC sont aux deux extrêmes du monde de la réalité virtuelle. Google y est rentré avec son Cardboard, un petit bout de carton pliable et affublé de deux lentilles en plastique dans lequel on glisse son smartphone, destiné essentiellement au visionnage de vidéos à 360 degrés.

Le HTC Vive, première avancée du taiwanais dans la VR, représente encore aujourd’hui l’expérience la plus aboutie, la plus immersive, bien que rattrapée depuis (en partie) par l’Oculus Rift et ses Touch Controllers. Mais aussi la plus coûteuse, malgré une récente baisse de prix.

Google pourrait bien concrétiser le rêve d’une réalité virtuelle à la fois autonome et immersive

Entre ces deux pôles, il y a évidemment un milieu à inventer, et Google a commencé à l’occuper avec sa spécification Daydream et son casque Daydream View, plus proche au moins de ce que proposent Samsung et Oculus sur le Gear VR.

Google Daydream View

Daydream View : le casque selon Google

Un rachat de la division réalité virtuelle de HTC serait la suite logique de cette démarche. D’ailleurs, les deux entreprises sont déjà liées par un partenariat qui devrait voir arriver prochainement un casque autonome basé sur Daydream. En intégrant en partie HTC, Google pourrait bien concrétiser le rêve d’une réalité virtuelle à la fois autonome et immersive, ne nécessitant aucun PC, cable, ni même de smartphone, et enfin réduire le fossé entre deux expériences encore frustrantes.

HTC Vive Standalone

HTC travaille sur un casque de réalité virtuelle autonome

L’expertise de HTC ouvrirait également des avancées intéressantes dans la réalité augmentée, dont pourraient bénéficier aussi bien les prochains Pixel que l’ensemble des smartphones Android. Et, en faisant bien les choses, Google conforterait aussi l’avenir de ce joyau qu’est le HTC Vive : si la Rolls de la réalité virtuelle venait à disparaître, ce serait indéniablement une grosse perte pour les joueurs.

Google peut il sauver le soldat HTC ?

Voilà pour la réalité virtuelle, une technologie toujours prometteuse dans laquelle HTC a une certaine avance. Cela dit, dans ce scénario, que devient la division mobile ? Car en parlant d’une grosse perte, voir disparaître un constructeur aussi emblématique serait franchement triste. Dans le coeur des mobinautes, HTC tient évidemment une place importante, synonyme de smartphones de grande qualité, au design soigné, et à l’interface travaillée, sans parler de l’importance historique de l’entreprise. Le premier smartphone Android, le premier Nexus, les efforts initiaux pour améliorer l’ergonomie de l’OS : HTC a grandement contribué au succès de l’OS de Google.

HTC tient évidemment une place importante, synonyme de smartphones de grande qualité, au design soigné, et à l’interface travaillée

Même si les dernières années ont été un peu plus inégales, même si la singularité de ses terminaux s’est gommée à mesure que les fabricants « low cost » sont montés en gamme, HTC a su maintenir un niveau général de qualité qui fait qu’on peut encore occasionnellement recommander un HTC comme une valeur sûre : le Pixel de Google en est le parfait exemple. Et là encore, quoi de mieux que des Google Pixel développés par Google, avec une intégration logiciel/matériel optimale ?

On se dit qu’une telle maîtrise intéresse forcément Google qui semblait, il y a un an, vouloir muscler ses efforts du côté matériel. Que ce dont a besoin HTC, c’est d’une entreprise aux reins solides, et qui de mieux que Google pour l’incarner ?

Google Pixel

Les Pixel et Pixel XL de Google sont déjà fabriqués par HTC

 

Google qui absorbe HTC : une fausse bonne idée ?

C’est peut être passer un peu vite sur les fortunes diverses de Google en matière d’intégration d’un fabricant. Motorola a été vite revendu à Lenovo, et le rachat de Nest n’a franchement pas porté les fruits qu’on pouvait attendre d’une telle alliance. D’un autre côté, en passant chez Google, Motorola a acquis une culture que Lenovo a plus ou moins préservé depuis, en tous cas en ce qui concerne le maintien d’un Android « pur » ; ça aura au moins servi à ça !

Tout ceci n’est bien entendu que pure spéculation. Jusqu’à preuve du contraire, HTC n’est pas à vendre dans son ensemble. Et à vrai dire, peut-être que l’alléger d’une coûteuse division qui a besoin de gros moyens peut justement l’aider à se concentrer sur les seuls mobiles, plutôt qu’un scénario à la Microsoft/Nokia qui s’est plutôt mal terminé. Souhaitons donc à HTC, avec ou sans Google, d’éviter un tel gâchis.