HTC va utiliser les applications d’IBM pour essayer d’accroître la part de marché d’Android dans les entreprises.

HTC et IBM ont indiqué que les deux entreprises allaient désormais travailler ensemble pour pousser davantage Android dans les entreprises. Pour cela, les applications orientées business de Big Blue vont tourner sur les smartphones et tablettes de la marque taïwanaise.

Le système d’exploitation de Google est souvent pointé du doigt comme étant victime de failles. Ce partenariat entre les deux entreprises concerne également une mise en avant de l’aspect sécuritaire.

« Ce n’est que récemment que HTC a fait son irruption dans le monde des entreprises.
Nous nous dirigeons vers le chiffre magique de 100 millions de terminaux vendus dans le monde.

Nous voyons IBM comme le partenariat en or pour le monde des entreprises.
Nous voulons nous assurez que lorsqu’IBM parle d’Android ou de tablettes, HTC soit dans la conversation. » (David Jaeger – HTC)

Un tel accord est à première vue très appréciable pour l’écosystème Android, avec l’arrivée potentielle d’un marché jusqu’alors réticent. Mais il faut toutefois relativiser ce type d’annonce, car Motorola a fait des efforts dans le domaine (une tablette de 7 pouces pour les professionnels existe), mais les retombées n’ont été que très minces.

Il est vrai que le monde professionnel n’a jamais été le point fort d’Android. BlackBerry est toujours une référence, avec notamment son système de mail crypté, mais qui voit sa côté de popularité s’effriter à cause d’une gamme peu ambitieuse et un retard par rapport à la concurrence. C’est Apple qui semble connaître les faveurs des entreprises, avec des efforts pour supporter Exchange, les protocoles de cryptage ou encore le contrôle à distance des administrateurs.

Android a fait des efforts mais qui sont bien minces dans ce domaine, à tel point qu’il est généralement nécessaire de se tourner vers des technologies tierces pour s’assurer du support de fonctionnalités pourtant largement utilisées.

Le partenariat entre HTC et IBM devrait tout même avoir des retombées positives. Le grand public semble moins attiré par les smartphones HTC à la fin 2011, chercher des perspectives de croissance dans d’autres domaines est donc le bon choix.

Source : eWeek