Lors de l’officialisation de l’Ascend P7, le PDG de Huawei a pu s’entretenir avec nos confrères de Techradar pour préciser le point de vue de l’entreprise sur les écrans QHD (2560 x 1440 pixels) et la consommation des smartphones. Huawei ne veut pas entendre parler des dalles QHD et préfère miser sur une plus grande autonomie.

Huawei Ascend P7

L’Ascend P7 est le nouveau smartphone haut de gamme de Huawei mais qui n’a pas pour véritable ambition de venir se frotter aux flagship de Samsung ou HTC. En effet, avec un prix de 450 euros et des composants aux performances contenues, on est loin des Galaxy S5 et HTC One M8. En revanche, Huawei n’a pas laissé de côté l’écran en intégrant une dalle de 5 pouces dotée d’une définition Full HD de 1920 x 1080 pixels pour une résolution de 440 PPI comme nous l’indiquions dans notre prise en main. C’est dans l’air du temps, mais un peu léger par rapport aux rumeurs du LG G3 qui font référence à un écran 5,5 pouces et d’une définition QHD de 2560 x 1440 pixels et une résolution record de 534 PPI.

Pour Huawei, le QHD ne sert à rien

Richard Yu, le PDG de Huawei, ne souhaite pas aller sur ce terrain des dalles à très haute résolution. Il a en effet indiqué à nos confrères de Techradar qu’on ne pouvait pas distinguer une dalle Full HD d’une dalle QHD sur un smartphone. Il rajoute que de telles dalles handicapent l’autonomie des smartphones. En effet, elles ont une consommation plus élevée, du fait d’un rétroéclairage plus puissant et de la nécessité de disposer de composants performants pour faire tourner des jeux avec une définition si élevée.

Se focaliser sur l’autonomie des smartphones

Huawei préfère donc entrer dans la course à l’autonomie plutôt que de participer à celle à la résolution. Selon des informations récupérées chez certains confrères étrangers, la dalle du Ascend P7 serait de type LTPS. Cette technologie ressemble à l’IGZO : elle permet de produire des dalles moins larges et qui consomment moins d’énergie qu’une dalle a-Si lambda. C’est ce qui permet, notamment, de proposer un mobile avec le moins de bordures possible sur les côtés et qui est moins énergivore, comme nous l’indiquions dans notre dossier sur les technologies des écrans.

Contre les chargeurs ultra rapides

Le PDG de l’entreprise chinoise a rapidement abordé les chargeurs ultra rapides qui permettent d’augmenter artificiellement l’autonomie des smartphones. En effet, ces derniers permettent de recharger la batterie en 30 à 45 minutes, comme sur l’Oppo Find 7a, permettant ainsi de profiter de quelques minutes près d’une prise électrique pour grappiller quelques minutes d’autonomie. Richard Yu a une opinion bien arrêtée sur ce genre de chargeur : il n’en veut pas car ils ont pour effet de réduire prématurément la durée de vie des batteries comme nous l’expliquions dans notre dossier dédié au sujet.