Les Huawei Mate 10 et 10 Pro sont enfin officialisés et présentés comme les premiers smartphones dotés d’une puce dédiée à l’intelligence artificielle. Un vrai bénéfice ou juste une formule magique pour appuyer quelques évolutions naturelles ?

IA : de la science-fiction à la réalité

L’intelligence artificielle est dans les bouches de tous les constructeurs cette année. Et c’est un terme forcément vendeur, une notion existant depuis des décennies, que l’on associe à la science-fiction, dont on fait des films, comme AI de Steven Spielberg, on pense à Skynet, aux Nexus de Blade Runner, à Samantha dans Her, aux androïdes d’Alien et Prometheus. Google et Microsoft ont tous deux annoncé un déplacement du mobile vers l’IA. Il faut dire que dans le cas de Microsoft, le mobile n’a pas été une vraie réussite.

Bref, tout le monde parle de l’intelligence artificielle qui se loge désormais dans vos smartphones, et Huawei, après Apple (mais en ayant pris soin de l’annoncer avant, malin) lance le Mate 10 Pro, un smartphone intégrant une puce dédiée à l’intelligence artificielle. On a déjà évoqué les avantages d’une telle approche, mais au moment de l’annonce du processeur Kirin 970, il manquait encore des usages concrets associés au téléphone qui l’embarquera.

Huawei Mate 10 : smartphone après tout

On s’en doutait forcément, mais il va falloir revoir vos rêves de smartphone super intelligent, tellement intelligent qu’il n’est plus un smartphone, à la baisse. L’IA mise en avant par le constructeur chinois n’est pas tant une révolution qui va complètement changer vos usages, mais simplement le palier suivant de choses qui ont déjà été mises en place sur les versions précédentes, et notamment sur le Mate 9, accélérées (en tous cas censés l’être) par une puce dédiée.

Deux exemples sont notamment mis en avant. L’optimisation des performances du smartphone et la photo. Huawei parlait déjà de « machine learning » sur le Mate 9 pour l’aider à « rester rapide ». Et l’intelligence artificielle au service de la photo n’est qu’une évolution des opérations déjà prises en charge par un ISP, avec certes le degré supérieur qu’est la détection et l’apprentissage de divers sujets et objets.

Surtout, le terme d’intelligence artificielle est brandi comme un mot magique, sans que l’on sache vraiment de quoi il en retourne, quelles sont concrètement les opérations réalisées et déportées vers cette puce. Ce qui est vraiment l’information principale à retenir : le fait qu’un processeur, optimisé pour ce type de tâche, vienne soulager le CPU pour ces opérations. On entrevoit là des bénéfices évidents pour l’autonomie et on peut imaginer en quoi cela peut contribuer à rendre le Mate 10 Pro plus réactif et l’aider à prendre des photos plus réussies.

Pas d’assistant virtuel signé Huawei

On a toutefois tendance à associer la notion d’intelligence artificielle à des choses plus ambitieuses, à des tâches d’assistant virtuel comme Cortana ou Google Assistant, à une compréhension du langage naturel, à la concrétisation de ces rêves de science-fiction enfin devenus réalité. Et Huawei joue ce jeu en faisant parler son Mate 10 à la première personne dans les vidéos de présentation, un vieux truc récurrent, de la présentation du premier Macintosh aux multiples démos de Cortana ou Siri.

L’ironie, c’est que sur ce terrain, Le Mate 10 Pro n’apporte justement rien : pas d’assistant personnel maison, pas de conversation toujours un peu factice, et en soi ça n’est pas plus mal. Car aussi peu spectaculaires soient-elles, les applications de l’intelligence artificielle dans des domaines aussi invisibles que l’optimisation du système, si elles s’avèrent effectives, apportent peut-être un bénéfice plus évident pour l’utilisateur que de savoir qu’il peut avoir l’impression de parler à un robot. Ce qui rend d’autant plus frustrant le fait que Huawei les brandisse comme des formules magiques plutôt que de détailler plus précisément leur fonctionnement.

À lire sur FrAndroid : Prise en main du Huawei Mate 10 Pro, une nouvelle référence de 6 pouces