Richard Yu s’est une nouvelle fois épanché sur l’échec de ses négociations avec AT&T et va beaucoup plus loin en pointant directement du doigt ses compétiteurs.

Le constructeur chinois Huawei devait normalement enfin s’étendre aux États unis cette année. L’entreprise devait annoncer au CES 2018 la signature d’un deal avec AT&T, mais celui-ci a été annulé de manière assez abrupte.

Le PDG de Huawei, Richard Yu, s’était alors fendu d’un discours improvisé qui a bien retenti au sein de la sphère high-tech. Les autorités américaines, elles, ont fait part de leur suspicion d’espionnage de la part du gouvernement chinois. Ce climat un peu tendu est ravivé par de nouvelles déclarations.

Richard Yu pointe du doigt ses compétiteurs

Dans une interview donnée par les journalistes de CNBC, le patron est revenu sur cette affaire et n’a pas mâché ses mots. Il a ainsi déclaré :

« Nos compétiteurs utilisent des moyens politiques pour essayer de nous faire sortir du marché américain, mais nous n’avons aucun problème. Nous sommes transparents. […] Nous sommes une entreprise high-tech leader et innovante et ils ne peuvent pas nous concurrencer sur nos produits, nos technologies, nos innovations, donc ils nous affrontent sur la sphère politique ».

Autant dire que Richard Yu ne mâche pas ses mots, mais semble tout de même aller un petit peu trop loin. Chen Lifang, le responsable communication de Huawei, avait une déclaration officielle plus douce à offrir suite à la conférence du CES :

« Il n’est pas juste de blâmer les autres pour ne pas nous accepter, nous pouvons seulement continuer d’essayer, de maintenir notre ouverture et notre transparence et attendre qu’ils soient prêts à communiquer avec nous ».