C’est sous CyanogenOS que sortira le Zuk Z1 en Inde, alors même que la distribution commerciale de la ROM était réservée jusqu’alors à la marque Micromax.

lenovo-cyanogen

C’en est fini de l’exclusivité que la marque dérivée de Micromax, Yu, sur CyanogenOS. La distribution commerciale de cette ROM basée sur Android, utilisée notamment sur le Yureka, puis sur les smartphones qui ont suivi, était en effet réservé à Yu en Inde. Une exclusivité qui privait les autres marques de la commercialisation de terminaux sous l’OS, quand bien même le pays représente un territoire clé pour les constructeurs en quête de marchés dynamiques.

La fin de cette exclusivité a été confirmée non pas par l’équipe de CyanogenOS, mais par l’un des responsables marketing de Lenovo, qui compte commercialiser son Zuk Z1 en Inde, non pas équipé de la ROM que l’on trouve en Chine, mais sous CyanogenOS, comme c’est le cas de sa version occidentale.

La fin d’une exclusivité, au moins pour un smartphone

« L’équipe de Cyanogen m’a dit que l’accord existait auparavant. Mais aujourd’hui, elle dit que c’est bon. Nous allons donc mettre en place le lancement », a ainsi expliqué Anuj Charma en Inde, évoquant le lancement du Zuk Z1… datant tout de même de l’an dernier. Le successeur du Z1, le Zuk Z2 Pro, a en effet été présenté il y a quelques jours, mais le petit prix du Z1 devrait lui assurer un sort confortable sur le marché indien.

À lire : Test du ZUK Z1

Le lancement du Zuk Z1 en Inde signe la fin d’une situation d’exclusivité dont bénéficiait Yu depuis la fin de l’année 2014. Un partenariat qui avait valu au monde du mobile un véritable feuilleton entre l’équipe de développeurs américains et la jeune marque chinoise OnePlus, qui venait de commercialiser son One – accessoirement, son tout premier produit – sous Cyanogen OS. Le smartphone avait vu sa commercialisation interdite en Inde, et avait dans la foulée annoncé le développement d’une ROM maison : Oxygen OS, désormais installé sur son OnePlus 2 et son OnePlus X.

Même si les anciens partenaires ont coupé les ponts dans la douleur, il faut avouer que OnePlus a négocié sans trop de problème son virage vers une ROM maison, tandis que Cyanogen a noué d’autres partenariats de renom pour assurer sa pérennité : son meilleur atout reste Microsoft, dont il intègre désormais quelques-unes des applications sans sa ROM. Avec l’appui de Lenovo en Inde, sa situation ne devrait en être que meilleure.