Comme on s’y attendait, Lenovo a dévoilé sa tablette Yoga A12. Dans la lignée de la Yoga Book, cette dernière reprend le fameux clavier Halo mais sans la tablette graphique.

Elle reprend les lignes de la Yoga Book, mais ce n’est pas une Yoga Book. Finalement, les premières publications se sont donc avérées vraies. La Lenovo Yoga A12 est une tablette Android de 12,2 pouces en définition HD, deux haut-parleurs Dolby Atmos, un processeur Intel Atom x5 avec 2 Go de RAM, 32 Go de stockage interne et une batterie qui est censée permettre de naviguer environ 13 heures avec une seule charge. Cela ne semble pas être une mauvaise tablette, mais avec sa définition HD, elle est malheureusement reléguée a segment des tablettes d’entrée de gamme surtout sur un écran de 12,2 pouces. 

Ce n’est pas qu’une histoire de caractéristiques, c’est une histoire de confort d’utilisation. Une tablette de 12,2 pouces se tient à peu près à 45 centimètres des yeux. La Yoga A12 possède une définition d’écran trop petite rapport à la taille de sa diagonale, surtout pour son prix : 300 dollars aux Etats-Unis.

Mais, il n’y a pas que des points négatifs : elle est extrêmement fine, 5,4 mm à son bord le plus mince. Ce n’est pas tout : grâce à sa charnière, l’appareil est capable de se convertir en quatre modes de travail. On peut également saluer sa conception : du magnésium et de l’aluminium, qui doit certainement lui donner une sensation haut de gamme en main.

Pour terminer : le clavier Halo (son nom complet : Instant Halo Keyboard), que nous connaissons sur la Yoga Book, est là : un clavier complet dont les touches sont imprimées sur une zone tactile avec retour haptique. Moins confortable qu’un vrai clavier, ce clavier permet tout de même d’avoir une frappe plus rapide et précise qu’un simple écran tactile. Malheureusement, cette tablette tactile ne propose pas la même prestation que la Yoga Book : elle ne sera pas fournie avec le stylet Real Pen, ce qui est fort regrettable. 

Du côté de l’OS, elle embarque Android avec une personnalisation intéressante : elle intègre quelques morceaux de code de Phoenix OS. Cette version d’Android est basée sur Remix OS et introduit deux éléments (essentiels) d’un OS pour PC.  Un système de gestion multi-fenêtre adaptable, comme macOS, Windows et Linux, ainsi qu’une taskbar. Personnellement, j’aurai bien aimé retrouver Chrome OS sur ce type de produit, surtout avec les dernières versions — elle aurait pu être un Chromebook intéressant. 

Il sera sûrement possible de la croiser à la fin du mois au MWC, mais elle sera déjà commercialisée : la mise en vente est prévue cette semaine aux Etats-Unis pour 300 dollars. Pas d’information pour l’Europe, nous allons enquêter.