LG travaille actuellement à la création de son propre système de paiement mobile, d’après les médias coréens. Il viserait la Corée du Sud comme les États-Unis, et prendrait le nom de G Play.

android pay 2

Android Pay

La concurrence est rude entre LG et Samsung, qui rivalisent tant en Corée que sur le terrain international. Le combat se joue essentiellement sur le terrain du produit, plus précisément des smartphones, où LG cherche à challenger le leader du domaine. Mais pas seulement, à en croire les médias coréens, selon lesquels LG chercherait à entrer sur le terrain des services par le biais de son propre système de paiement mobile.

D’après le journal ET News, qui indique tenir ses informations issues de l’industrie tech, LG vient de déposer la marque « G Pay » aussi bien en Corée du Sud qu’aux États-Unis. Le média rapporte en outre qu’à l’occasion du lancement de son V10 au début du mois, l’un des hauts responsables de LG Electronics, Kim Jong Hoon, a indiqué à la presse préparer un service de paiement et « compte l’annoncer en temps voulu ». L’inclusion d’une puce NFC dans sa montre Watch Urbane LTE, également compatible avec une SIM 4G, montre d’ailleurs ses intentions en Corée, seul marché sur lequel cette montre présentée en début d’année est disponible, tandis qu’une source de ET News confirme que LG a déjà échangé avec au moins deux fournisseurs de cartes bancaires.

 

Face à Google et Samsung

Si LG lance son propre service de paiement mobile en Corée et aux USA, il viendra succéder à deux acteurs de poids dans le monde d’Android. D’abord Google, puisque l’Américain a donné le coup d’envoi d’Android Pay le mois dernier, cinq mois après son annonce, lors de la Google I/O 2015. Samsung, de son côté, avait présenté son système Samsung Pay lors du MWC 2015, combinant NFC et technologie Magnetic Secure Transmission. Le système est disponible depuis l’été dernier en Corée et aux États-Unis, avec une disponibilité sur les terminaux les plus récents du constructeur. Toutefois, l’image de Samsung Pay a été entachée par un piratage mené par des hackers chinois en mars dernier, et que la firme n’a découvert que 5 mois plus tard. Une brèche dans laquelle LG semble bien parti pour s’engouffrer.