Le LG G6 pourrait être annoncé dans quelques semaines, au Mobile World Congress. Mais déjà, LG, et sa filiale LG Chem, travaillant sur les batteries de smartphones, ont fait savoir qu’elles travaillaient à assurer la sûreté du futur flagship. Le géant chercher à éviter de reproduire les mêmes erreurs que Samsung avec le Samsung Galaxy Note 7.

LG a commencé à teaser son prochain flagship, le G6, la semaine dernière. Il pourrait proposer moins de bordures autour de l’écran et être waterproof. Mais tout cela n’est rien sans une fiabilité parfaite. LG, soucieux d’éviter une mauvaise publicité comme Samsung avec le Galaxy Note 7 travaillerait à rendre son smartphone plus sûr. Et cela commence par la batterie.

Un contrôle renforcé

LG aurait mis en place de nouvelles méthodes de contrôle. Il serait notamment question de soumettre le smartphone à des tests plus stricts que ceux requis par les standards américains ou européens. LG conduirait ainsi des tests de résistance à des températures 15 % plus importantes que les normes établies. Des tests de chutes, de perçage de la batterie ou de chocs à grande vitesse seraient également prévus.

Enfin, LG travaillerait à de nouveaux tests de vieillissement, pour obtenir une meilleure idée de l’évolution de différents composants, dont la batterie, mais aussi l’appareil photo, l’écran ou le SoC. Grâce à la combinaison de chutes répétées et de charges avec des tensions élevées, les experts de LG pourraient ainsi mieux détecter les éventuels problèmes qui pourraient affecter le futur flagship de la marque.

Des caloducs dans le G6

Selon des propos de cadres du constructeur coréen rapportés part le Korea Herald, LG aurait adopté d’autres mesures pour assurer la fiabilité de son futur G6. Il est question de l’ajout de heatpipes, ou caloducs dans la langue de molière, dans le design du LG G6. Utilisés depuis des années dans le milieu du PC, notamment sur les cartes graphiques, les heatpipes ont débarqué dans le monde mobile plus récemment.On retrouve ainsi de tels systèmes sur les derniers flagships de Samsung. On peut notamment en trouver sur le Samsung Galaxy S7 mais aussi sur le Xperia Z2 qui date de. 2014.

Les heatpipes sont une solution efficace et éprouvée. Ils sont constitués de cuivre et remplis d’un fluide qui dispose d’un pouvoir de conduction thermique très important ce qui en fait un candidat idéal pour un système de refroidissement. Un tel système peut faire baisser jusqu’à 10 % les températures à l’intérieur du smartphone, mettant donc moins en danger les composants du smartphone. 

À lire sur FrAndroid : Tout ce que l’on sait sur le LG G6 : caractéristiques, prix et disponibilité