Alors que nos tables de nuit sont de plus en plus saturées d’appareils à recharger, l’autonomie et la durée de vie des batteries reste un Graal à atteindre pour les constructeurs de smartphones et objets connectés. Avec le projet WearDrive, Microsoft vient de mettre le doigt sur une technologie qui pourrait tripler l’autonomie des batteries des wearables.

Microsoft Band 2

Le Microsoft Band

Un projet qui ne verra peut-être jamais le jour…

Le concept du projet WearDrive de Microsoft, c’est d’utiliser la RAM, le Bluetooth et le Wi-Fi pour soulager les échanges trop énergivores entre un objet connecté – une montre, un bracelet – et le smartphone.

L’équipe de R&D de Microsoft a ainsi obtenu des résultats impressionnants : l’autonomie d’une batterie de bracelet connecté en tant que telle a pu être triplée. Les calculs opérés entre l’objet connecté et le smartphone ont également pu être allégés, soit le constat d’une amélioration de 9 fois plus d’autonomie pour les batteries, et un smartphone a peine impacté par son appairage avec le wearable.

Hélas, ce projet ne verra probablement jamais le jour et restera peut-être dans les tiroirs de Microsoft car, d’après une déclaration publique des chercheurs, aucune intégration de la technologie n’est à prévoir pour les futures sorties, et notamment chez le prochain Microsoft Band.

Il est difficile toutefois d’imaginer que ces recherches resteront lettre morte, tandis que des concurrents tels que Samsung réussissent des prouesses autour des batteries li-ion, en doublant leur capacité originelle grâce aux nanotechnologies.