La vague d’annonces Google passées, c’est désormais le temps des mises à jour vers Android 6.0 Lollipop. Mais pas seulement, puisque de son côté, Microsoft montre un visage rajeuni, et Samsung dévoile un peu plus ses dents prêtes à croquer le marché d’Android. Retour sur les actualités les plus marquantes de cette semaine du 5 octobre.

Marshmallow fait son nid sur les Nexus

android-m-marshmallow-logo

Et même plus de Nexus que prévu. Comme annoncé la semaine précédente par Google, la mise à jour Android 6.0 Marshmallow est en cours de déploiement OTA sur les Nexus 5, 6, 7 (2013) et 9, et la documentation nécessaire est d’ores et déjà à disposition des intéressés sur le site de Google. Ils peuvent ainsi découvrir les nouveautés de l’OS, à commencer par la fameuse gestion des permissions qu’il autorise, et rêver au déploiement de Google Now on Tap de notre côté de l’Atlantique… Quant aux propriétaires du Nexus 4, privé de mise à jour officielle, ils peuvent se rassurer : un premier portage de Marshmallow a déjà été assuré. Nul doute que d’autres terminaux seront prochainement concernés, d’autant que Cyanogen travaille lui aussi sur la version 13 de sa ROM, basée sur Marshmallow

À lire : Les principales nouveautés d'Android 6.0 Marshmallow

Google veut accélérer le temps de chargement des pages web mobiles

google amp project

Et c’est via un projet prenant très officiellement le nom d’Accelerated Mobile Pages, que l’on surnommera donc AMP, que Google compte procéder. L’idée derrière tout cela n’est pas uniquement philanthrope : si les mobinautes mettent du temps à charger leurs pages web, ils en consultent moins, et voient moins de publicité. Quoi qu’il en soit, l’AMP met à disposition de ses partenaires un framework open source (AMP HTML), propose d’héberger leurs pages web répondant à ce format. Mais pour l’heure, les partenaires de Google sont encore rares en France, puisqu’un seul média français s’est lancé dans l’aventure, et c’est dommage, puisque l’expérience utilisateur a tout à y gagner.

La démocratisation du Force Touch sur Android se précise

Huawei Mate S

Avec le lancement de l’iPhone 6s, la technologie Force Touch a bénéficié d’un large coup de projecteur, quand bien même Huawei faisait une annonce similaire à l’IFA, en dévoilant son Mate S. Synaptics, spécialisé dans les technologies tactiles, vient d’annoncer la mise en production de ses solutions Force Touch à destination des terminaux Android. Autant dire qu’avec une offre toute prête, baptisée ClearPad 3700, on peut s’attendre à une démocratisation de la technologie d’ici l’année prochaine. Les smartphones haut de gamme de type Galaxy S7 et G5 risquent fort de succomber à la proposition de Synaptics, et l’on espère très fort qu’elle sera aussi convaincante que celle d’Apple.

Samsung va-t-il renouer avec son âge d'or financier ?

logo Samsung IFA

Cela n’aura échappé à personne, l’âge d’or de Samsung, notamment dans sa division mobile, a pris fin il y a quelques trimestres. Le Coréen reste évidemment bénéficiaire – on n’en attend pas moins du premier vendeur de smartphones au monde – mais sa part de marché s’est érodée, et il a dû dépenser des fortunes en marketing pour limiter la casse. Avec la sortie du Galaxy S6/S6 edge, la tendance ne s’est pas immédiatement inversée, même si côté hexagonal, la firme annonçait il y a quelques semaines que le duo serait son best-seller absolu dans la gamme Galaxy Sx.

Et contrairement à la tendance observée sur les premiers trimestres de l’année, Samsung prévoit donc un excellent 3e trimestre, dont les résultats restent à confirmer, en augmentation de près de 80 % de son bénéfice… sur un an. Toutefois, la répartition de ce profit reste à établir, la marque restant floue à ce sujet. On pense à un regain du côté de sa division mobile, mais aussi à sa section semi-conducteurs, habituellement en bonne forme, mais aussi à son activité liée aux écrans. On devrait en savoir plus à la publication des résultats complets de Samsung, avant la fin de ce mois d’octobre.

La Bbox Miami se tourne enfin vers Android TV

bbox-miami

On ne l’attendait presque plus tant son lancement a tardé. Et pourtant, la Bbox Miami vient rejoindre la box de Free sur le terrain d’Android TV. Elle qui était sortie en janvier dernier sous Google TV a subi diverses mises à jour, et il a fallu attendre cette semaine pour que Bouygues Telecom communique enfin sur un passage à un Android TV pourtant promis d’emblée. On peut donc espérer du mieux en termes d’usages et d’ergonomie, mais pas pour tout de suite : car Android TV ne sera déployé qu’en bêta à partir du début de l’année prochaine, auprès des clients qui souhaiteront s’y essayer… Pas de quoi rassurer ceux qui ne veulent pas jouer les rapporteurs de bugs, et qui préfèreront patienter jusqu’au déploiement final de la mise à jour.

Archos se lance dans l'Internet des Objets

Archos

Ce n’est pas tout à fait là où on l’attendait, et pourtant. Archos, que l’on suit essentiellement pour ses smartphones, tablettes et rares objets connectés à bas prix, se lance dans un nouveau domaine porté par son ex-PDG, Henri Crohas. Et c’est dans l’Internet des Objets (IoT) qu’il s’investit, principalement dans une optique professionnelle. Il apporte ainsi un réseau bas débit basé sur la technologie LoRa, à laquelle il associe des pico-passerelles, c’est-à-dire des prises installées directement au domicile de ses usagers. Archos y croit dur comme fer, tout autant qu’Henri Crohas, et le modèle économique qu’il propose a le mérite d’interpeller. Tout cela devrait être montré en conditions réelles d’ici le début de l’année prochaine.

Microsoft revient sur le devant de la scène

Windows Cube, Paris

Windows Cube, Paris

Après les grandes conférences d’Apple et de Google, c’était cette semaine au tour de Microsoft de présenter ses nouveautés de rentrée. Pas de doute, l’Américain sait à nouveau faire rêver. Non pas avec sa Surface Pro 4, petite révision de sa Pro 3, mais plutôt grâce à son Surface Book, un ultrabook convertible aux caractéristiques et au design ultra haut de gamme. Il faut aussi noter ses Lumia 950 et 950 XL qui, grâce à leurs fiches techniques léchées, et malgré leur design un peu basique, ont de quoi nous faire regretter qu’ils ne tournent pas sous Android…

À lire : Le retour de Microsoft