Mobiwire poursuit sur sa lancée des smartphones à bas coût. Après son Pegasus compatible avec les réseaux 4G, le fabricant revient aujourd’hui avec un téléphone un peu plus grand et un prix un peu plus bas : le Taima.

Mobiwire Taima

« Racé, fin et élégant », c’est ainsi que Mobiwire présente son nouveau Taima. La phablette présente des caractéristiques somme toute modestes dans un corps de grande taille, puisque l’appareil mesure 154,5 × 79 × 9,2 mm. Comme Kazam, Mobiwire combine un SoC MediaTek, ici le MT6582T quadricœur à 1,3 GHz, à un modem MT6290M. Ce dernier apporte au téléphone son principal atout : il est compatible avec la 4G de catégorie 4, toutes les bandes de fréquences françaises étant supportées. Ce processeur est couplé à 1 Go de RAM, désormais un standard même sur les terminaux d’entrée de gamme, mais on regrette la présence d’un très maigre espace de stockage de 4 Go, heureusement extensible par le biais d’une carte micro-SD.

Tout cela s’insère dans une coque surmontée d’un écran de 5,5 pouces HD 720p, de technologie IPS. Côté multimédia, comptez sur un duo de capteurs photo, l’un affichant 8 mégapixels à l’arrière et l’autre 2 millions de points en façade. On peut espérer une bonne autonomie sur un tel appareil, d’autant plus qu’il embarque une batterie de 3000 mAh. Comme souvent chez les smartphones d’entrée de gamme, Mobiwire vise plus une large diagonale d’écran qu’une montée en gamme pour convaincre, d’autant plus que le Taima sortira sous Android KitKat et que rien n’indique encore qu’il sera un jour propulsé dans le monde de Lollipop.

Mobiwire Taima

 Toutefois, le téléphone compte sur un argument de taille : son prix situé à 179,90 euros, mais qui se situe sur un segment désormais très disputé. Rappelons que le Moto E 4G de Motorola est annoncé au prix de 139 euros avec du Snapdragon 410 tandis que l’Archos 50 Diamond, toujours en 4G et avec une fiche technique alléchante, coûtera 199 euros. Entre ces deux smartphones particulièrement bien armés sur le terrain du rapport qualité-prix, co-existent de nombreuses marques desquelles le Taima devra trouver le moyen de se démarquer, notamment après les multiples annonces attendues lors du prochain Mobile World Congress.