Après avoir raté le coche en 2015, Motorola, ou plutôt Lenovo Moto, va doter tous ses smartphones d’un capteur d’empreintes digitales. Un composant qui semble désormais indispensable sur les smartphones de haut de gamme, et qui a tendance à se démocratiser également sur des appareils plus modestes.

Android M fingerprint

On l’a vu arriver en 2014, et se démocratiser en 2015, le capteur d’empreintes est devenu le nouvel accessoire à la mode sur les smartphones. Surtout utilisé pour déverrouiller son téléphone pour le moment, cette nouvelle sécurité vise à rendre plus sures les transactions effectuées via les systèmes de paiement sans contact comme Android Pay ou Samsung Pay. Certains constructeurs sont restés loin de cette mode, comme Motorola par exemple qui n’a équipé aucun de ses terminaux d’un tel dispositif. La marque américaine rachetée par Lenovo devrait néanmoins sauter le pas cette année.

Dans un long entretien avec le média chinois Sina, Chen Xudong, président de la branche mobile de Lenovo, s’est exprimé sur le futur des deux marques. Lui-même a avoué ne pas comprendre pourquoi la gamme Moto n’a toujours pas été équipée de la reconnaissance d’empreintes, mais assure que « la gamme complète en sera dotée cette année ». Selon DigitalTrends, cette absence pourrait s’expliquer par l’incapacité de Motorola à trouver un fournisseur convenable, d’autant que AuthenTec, le meilleur en la matière, a été accaparé par Apple pour son Touch ID.

Vers une gamme plus homogène ?

Il est précisé néanmoins que la gamme Moto profitera de ces capteurs d’empreintes en 2016. Or, Chen Xudong a précisé qu’il souhaitait mieux intégrer Motorola au sein de Lenovo afin de proposer des gammes bien démarquées. La marque Moto serait ainsi dédiée au haut de gamme tandis que la partie basse du marché serait occupée par la gamme Vibe de Lenovo. En lisant entre les lignes, certains prédisent ainsi l’arrêt possible des Moto E et Moto G, qui couvrent actuellement ce segment, mais cela semble néanmoins assez improbable tant que la gamme Vibe n’est pas commercialisée en Occident, créant ainsi un flagrant manque à gagner.

Quoi qu’il en soit, Chen Xudong veut rendre l’ensemble plus homogène et annonce vouloir apporter quelques changements à l’esthétique des Moto tout en essayant de conserver au mieux leur style unique. Cela se traduirait par l’introduction de matériaux métalliques en Chine, afin de mieux coller avec les standards locaux. Toujours dans cette optique, l’interface utilisateur de Lenovo (Vibe UI) et celle de Moto (Android UI) seront transformées en une seule et même entité en Chine. Il n’est pas précisé cependant si elle se rapprochera plutôt des standards chinois (sans tiroir d’applications…) ou bien d’Android stock.

Une chose est certaine, 2016 est l’année où Lenovo s’approprie réellement Motorola et le façonne à son image.