Les annonces américaines de Motorola se bousculent. On entend parler du Droid X,  du Droid 2 et du FlipOut qui chacun dans leur catégorie ont un très grand potentiel. Au milieu de tout cela, l’Europe et la France n’ont pas autant d’os à ronger, alors nous touchons avec grande curiosité ce Motorola XT 720 Européen après avoir testé son cousin asiatique.

Après quelques jours de manipulation, voici le test réalisé par l’équipe FrAndroid d’un des derniers mobiles haut de gamme du constructeur américain.

D’abord de loin

Pour commencer, il faut positionner ce mobile comme du très haut de gamme, il se vend aux alentours des 400€. Ce mobile a été très généreusement fourni par les ingénieurs. Comme vous allez le voir dans ce test, nous avons pu manipuler un objet très orienté multimédia avec un processeur intéressant pour les jeux et la vidéo, mais aussi un appareil photo intéressant et une sortie vidéo HDMI. Cela se traduira sur la facture du mobile évidemment… Pour information, la version européenne, commercialisée sous le même nom, n’est pas le même mobile que le XT720 asiatique.

Pour les amateurs de chiffres et de textes sans phrase, et je sais qu’il y en a, voici la description brute de ce téléphone.

ModèleMotorola XT720
ProcesseurTI OMAP3440 550 MHz (ARM Cortex-A8)
ROM (mémoire interne)512 Mo
RAM256 Mo
Dimensions60.9 x115.95 x 10.9mm
Poids142g
RéseauxGPRS, EDGE, 3G et 3G+ :
UMTS 900/2100
GSM 850/900/1800/1900,
HSUPA 5.76 Mbps, HSDPA 10.2/7.2 Mbps, EDGE Class 12, GPRS Class
GPSoui
Wifioui (b/g)
Bluetoothoui (2.1 avec EDR)
Batterie1390 mAh
SlotmicroSD (compatible SD 2.0)
FonctionsG-sensor (accéléromètre) / boussole
Caméra8 mégapixels avec auto-focus/flash xénon
Ecran3.7’’ pouces capacitif, , 16 millions de couleurs, multi-touch
Résolution480x854 pixels (WQVGA)
ConnectiquesmicroUSB, jack 3,5 mm, HDMI
microSDoui

Packaging

Le premier contact avec un mobile, c’est son emballage et ses accessoires. Motorola l’a bien compris, c’est sobre et efficace. La boite est petite, mais la photo en façade donne envie de se jeter sur le téléphone. La boite a été un peu travaillée. Le premier aspect est sa taille réduite, et on ne s’en plaindra pas. Le deuxième est un détail, mais la boite ne s’ouvre pas entièrement au premier abord. Une languette en plastique bloque le couvercle à 90%, de sorte que l’emballage plastique se transforme en écrin à bijou. Ça ne sert à rien, ça fait bosser des ingénieurs, mais ça fait chic à « presque ouvrir ».

Au niveau des accessoires le XT720 est fourni avec le minimum pour utiliser toutes les fonctionnalités de son téléphone. Si le kit main libre et le chargeur secteur (détachable du câble USB) peuvent paraître obligatoires, la présence d’un long câble HDMI est aussi surprenante que plaisante. Il n’y a pas besoin de s’acheter en plus un câble coûteux pour profiter de la fonction HDMI… en même temps il est compris dans le prix, donc pas offert 😉

Aspect extérieur

Le premier contact avec le mobile est surprenant. Avec le Milestone, nous étions habitués aux mobiles angulaires de chez Motorola. Ici, c’est encore plus marqué. Très peu de courbes pour un mobile qui montre un caractère visuel robuste. Au niveau du form-factor, on retrouve un renforcement au niveau des touches de l’appareil photo qui montrent une mise en avant des capacités de prise de vues.

Au niveau du contact, je suis très déçu par ce mobile. L’extérieur ressemble à du métal, mais en réalité ce n’en est pas. La coque est en plastique. Pour le cadre, on retrouve une imitation métal, alors que sur le dos Motorola a choisi un revêtement en métal. Seul l’opercule de la batterie se retrouve en métal. Je trouve ces choix maladroits pour un mobile de cette gamme.

Pour le reste, les finitions du mobile sont excellentes sur l’aspect extérieur. Que ce soit par l’absence de fixations visibles, par l’incrustation du logo ou d’iconographies de qualité, ce mobile propose une identité visuelle de qualité.

Prise en main

Bon, on va pas juste le regarder ce mobile. Prenons-le en main. Et là, une surprise, il est assez léger. Les choix de plastiques se comprennent. Moi, j’aime bien mon Milestone justement car il est un peu lourd, mais à chacun ses préférences.

Le mobile tiens très bien dans la main. Les touches physiques sont très confortables. A l’utilisation, la prise en main est donc très bonne.

Par contre, les petits clapets pour protéger les prises USB et HDMI ne sont pas forcément très pratiques. Ils demandent d’avoir des ongles, mais pas trop pour ne pas les abîmer. Donc la protection est intéressante mais son utilisation non optimale. Toujours dans la catégorie protection, il faut noter que l’encoche pour attacher le téléphone à une sangle est accessible et utilisable sans souci.

Au niveau logiciel, c’est du Android 2.1. On en demande toujours plus à nos mobiles, surtout dans ce genre de gamme. Si cette version n’est pas handicapante comme le seraient Cupcake ou Donut, il faut bien dire que nous ne savons pas quand la 2.2 sera disponible. De plus, nous connaissons les velléités de la marque à laisser les bidouilleurs accéder au cœur du mobile, donc peu de chance de voir arriver des roms alternatives. De toute façon, à partir de cette version Eclair, Android est vraiment aussi utile pour une utilisation personnelle qu’une utilisation professionnelle.

Motorola n’ayant pas intégré de pad ou de trackball, ils proposent une loupe lorsque vous cherchez à trouver le bon emplacement dans votre texte. C’est utile, Samsung propose le même genre de choses sur le Galaxy S. Espérons que la fonctionnalité arrivera dans la version standard d’Android.

Je suis aussi un peu déçu du processeur. Malgré une version coréenne à 600Mhz, ce mobile possède un ARM Cortex-A8 à 550 MHz. Pour un mobile qui veut avoir une sortie HDMI, un écran avec 54 lignes de pixels de plus à afficher et être dans le haut de gamme, je trouve ça un peu limite. La puissance suffira pour 90% des utilisateurs, mais les 10% adeptes de sensations fortes seront déçus. Par contre, en comparaison avec les autres mobiles, la nouvelle architecture permet d’obtenir des résultats proches du Nexus One et une autonomie bien meilleure. La vieille version du Milestone a la même fréquence prend un coup de vieux.

Pour finir sur cette prise en main, il faut faire une remarque sur l’écran. De très bonne qualité, il propose la même particularité que le Milestone : une résolution en 854*480. Je n’aime pas cette résolution. La première raison est la nécessité de calculs en plus pour les jeux et la petit chamboulement que ça oblige dans les dispositions d’écran. Par exemple, une home alternative n’arrivera peut être plus en haut. Un widget prévu pour un design collé à la barre de tache sera décollé de quelques pixels, et c’est moche. Par contre, la taille d’affichage est réduite, les pixels sont plus petits, on ne les voit presque pas. Le confort de lecture est donc amélioré.

Multimédia

Soyons clair, malgré des aspects visuels qui feraient penser à des objectifs pro, c’est bien sur les fonctions multimédia que ce mobile cherche à se mettre en avant.

Tout d’abord, le mobile possède une puce radio, le téléphone est donc fourni avec une application dédiée. A son lancement, si le casque n’est pas branché, l’application vous conseille de le faire. En effet, en plein milieu de Paris, sans casque je ne capte rien. Puis, après une vingtaines de seconde de chargement, le son arrive. Les options permettent de chercher automatiquement la station suivante/précédente et de trouver automatiquement les 20 premières stations de la bande. Par contre, il n’y a pas de RDS, c’est vraiment dommage. De plus pour mes tests, dès que j’enregistrais une station en lui donnant un nom, l’application plantait. Donc une fonction radio fonctionnelle mais très largement améliorable.

Pour la musique, l’application de base est celle standard d’Android. Par contre, il faut noter que la petite enceinte extérieure, en plus d’offrir un volume honorable, offre un son avec des basses et des aigus correctement audibles.

Pour la vidéo, le player standard offre la lecture des Divx. Mais en comparaison avec l’application Rock Player c’est très saccadé.
Malheureusement, la sortie HDMI n’est accessible que par l’application standard. On ne peux pas donc correctement profiter du câble fourni dans la boite. Deux questions qui peuvent amener de bonnes réponses : la sortie HDMI est-elle accessible pour les applications tierces, quid d’une implémentation particulière, et le changement de Rom sera-t-il possible pour en donner l’accès ? J’ai peu d’espoir quant à la deuxième question.

Un point particulier sur l’appareil photo

Le gros point mis en avant est la photo. Premier point, le design de l’appareil offre 2 boutons pour la photo. Le premier habituel permet de déclencher la photo, et le deuxième, plus original, permet de naviguer entre mode photo, mode vidéo et mode diaporama. Ce deuxième bouton est clairement inspiré de ce qui se fait dans les compacts. Le capteur est un peu surprenant. Si les 8 Mpixels ne sont pas un argument intéressant, le flash au Xenon est un bon composant. Du coup, l’appareil fait de meilleures photos en intérieur qu’en extérieur. Pour les prises de vue avec une luminosité naturelle, les photos montrer clairement le grain. Par contre en intérieur, le flash offre une luminosité diffuse et uniforme qui donne un excellent résultat. Il offre des résultats opposés à beaucoup d’autres smartphones qui généralement font de meilleures photos en extérieur.

L’application de l’appareil photo, quant à elle est de qualité. Outre de nombreuses fonctionnalités de réglages, je trouve très agréable de pouvoir déplacer le carré qui sert à faire la mise au point. On peut travailler plus précisément ses photos. Au final, on peut mieux maitriser le capteur pour atténuer les défauts et sublimer les qualités. Par contre, le format des photos par défaut est en 16/9, un peu à la manière de la résolution d’écran, je ne comprends pas pourquoi Motorola s’ennuie avec des formats peu standards.

Un petit point est à noter à propos des vidéos. Si l’application mérite les mêmes commentaires que celle pour la photo, il faut donner un gros carton rouge à la fonction 720p. Elle est tout simplement inutilisable. Le saut d’image rend la vidéo invisionnable. C’est gênant. Mais dès le second format en 420p, le travail réalisé est très agréable. Donc un bon mobile vidéo mais pas pour la HD.

Les applications fournies en plus

Sur cet aspect, Motorola n’a pas mis trop de plus-value. On note de petites modifications sur la Home (non ce n’est pas Motoblur). Quick Office vous permettra d’ouvrir vos documents Office. MotoNav, l’application de Guidage GPS hors ligne, est aussi disponible. L’avantage est d’être utilisable sans le réseau car les cartes sont pré-installées sur la carte SD. Malheureusement, c’est une version de démo qui ne permettra que la consultation des cartes une fois la période d’essai finie.

Vous l’aurez compris, sans être un téléphone “With Google”, ce n’est pas sur la partie applicative que le XT720 cherche à se démarquer.

La vidéo de présentation maison

Voici un petit tour du propriétaire. Oui je sais, il y a encore du boulot dans la réalisation de ces vidéos…

Bilan

Alors au final, que penser de ce mobile ? Tout simplement qu’il arrive peut-être un peu en retard. Il risque d’être dépassé très vite par plusieurs mobiles dont certains de la marque elle-même. Il inaugure un premier contact avec différentes technologies dont le flash Xenon ou la sortie HDMI qui annonce du très bon pour l’avenir.

A qui conseiller ce mobile ? Tout d’abord à ceux qui veulent faire des photos en soirée ou ceux qui cherchent un écran très agréable pour de la lecture. Mais mieux vaut attendre 1 ou 2 mois pour voir l’évolution du prix en fonction des nouvelles sorties concurrentes.

Une dernière touche dans ce test pour les développeurs, il est important de remarquer que même sous Seven, accéder au téléphone en ADB est peu intuitif. Ils ont décidé de mettre en place plusieurs « modes » de connexions USB. Choisissez « Portail et outils ».