L’émission diffusée hier soir sur France 2 a bousculé nombre de marques produisant des smartphones. Microsoft, muet devant les caméras de Cash Investigation, s’exprime aujourd’hui par le biais de sa branche française sur les réseaux sociaux.

Cash Investigation

Pointée du doigt parmi tant d’autres pour les conditions de travail des employés des usines par lesquelles il passe pour s’approvisionner en composants, Nokia France, soit Microsoft désormais, réagit à l’émission Cash Investigation. La marque avait pourtant refusé d’apparaître au micro d’Elise Lucet dans le cadre de l’enquête diffusée hier soir sur France 2. Il ne s’agit pas réellement d’un démenti, dans la mesure où le reportage déplorait essentiellement le mutisme de la marque – elle a refusé de communiquer la liste exacte de ses fournisseurs aux journalistes de France Télévision – et la déception que cette posture a suscitée auprès de l’équipe : « Une fois de plus, nous avons tenté de remonter jusqu’aux décideurs et le nom de Nokia est apparu. L’entreprise a également refusé de nous répondre alors nous avons visé plus haut, jusqu’à Bill Gates, patron de Microsoft, qui a acquis Nokia il y a quelques temps. Nous nous sommes dit qu’un philanthrope comme lui serait sans doute sensible aux conditions dans lesquels les téléphones étaient conçus. Eh bien pas vraiment », déplore Martin Boudot dans L’Obs – Le Plus, lui qui a participé à l’enquête.

La réaction de Nokia ne s’est pas fait attendre. Publiée ce matin sur le compte Facebook de la marque, elle vise essentiellement à rappeler que Microsoft s’est engagé à respecter des règles en termes d’approvisionnement en matières premières, via cette charte mettant en avant le respect des droits de l’homme, de l’environnement, des règles de santé, de sécurité et des principes d’éthique. La communication officielle de Nokia reste assez floue, renvoyant le problème au secteur de la téléphonie de son ensemble (« Il s’agit là de questions complexes qui touchent l’ensemble de notre secteur. C’est pourquoi nous pensons qu’un effort concerté des industriels, des gouvernements et des organisations de défense non gouvernementales est crucial pour progresser dans le domaine. »), et préfère mettre en avant les contributions humanitaires et environnementales de Microsoft, toutefois sans citer l’ensemble de ses fournisseurs. C’est ce que lui reproche Cash Investigation (voir la vidéo ci-dessous), qui s’est entretenu avec Thierry Amarger, le directeur général de Nokia France, lui-même vraisemblablement soumis à la politique de communication globale de Microsoft.

Quant aux autres marques, elles ne se sont pas exprimées suite à l’émission diffusée hier, et durant laquelle la marque Wiko a procédé à un mea culpa en règle, invoquant son ignorance des faits et prenant l’engagement de s’approvisionner auprès de fournisseurs assurant de meilleures conditions de travail à leurs employés à l’avenir.

L’émission Cash Investigation est disponible en Replay pendant les six prochains jours. Vous pouvez la consulter à cette adresse ou via l’application France TV Pluzz.