Après avoir été déçus par notre prise en main du nouveau Nokia 3310 au MWC 2017, nous avons eu l’occasion d’échanger avec un responsable de HMD, l’entreprise qui détient les droits de la marque Nokia. Ce dernier défend la position de sa firme et sur les ambitions de ce feature phone.

L’un des téléphones les plus attendus — et plébiscités — du MWC 2017 était sans aucun doute le Nokia 3310. Après que ce dernier a été dévoilé par HMD, mon collègue Manuel a eu l’occasion de prendre en main cette nouvelle mouture de l’emblématique feature phone. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a été déçu, car il ne retrouvait pas les sensations du premier modèle.

Peu après la publication de son article, entre deux conférences au Mobile World Congress, j’ai eu l’occasion de me rendre au stand de HMD pour rencontrer Bertrand Dupuis, manager général de l’entreprise en France. Pour rappel, HMD est la société qui a permis à Nokia de se relancer après avoir presque disparu entre les mains de Microsoft.

Comme je m’en doutais avant de le rencontrer, mon interlocuteur avait lu notre papier de prise en main du Nokia 3310. Il a donc naturellement profité de notre entrevue pour défendre la position de la firme qu’il représente.

À lire sur FrAndroid : Qui est HMD, l’entreprise qui se cache derrière le retour de Nokia ?

Bertrand Dupuis me raconte ainsi que le nouveau Nokia 3310 jouait évidemment la carte de la fibre nostalgique. Néanmoins, « on ne pouvait pas sortir exactement le même produit. Personne ne fait ça et il n’y avait aucun intérêt pour à le faire, il fallait rafraîchir la marque », explique-t-il. Il ajoute ensuite : « notre but n’est pas d’être ringards avec le 3310 ».

 

« Ni Facebook, ni WhatsApp »

En France, l’intérêt est d’ailleurs tout particulier selon lui. Il affirme en effet que « la vague rétro est très forte » dans l’Hexagone. En outre, il évoque aussi une tendance de plus en plus marquée des utilisateurs à vouloir se servir d’un second téléphone uniquement pour téléphoner et envoyer des SMS.

« Le 3310 est un téléphone de détox numérique. Il n’y pas Facebook, pas WhatsApp et c’est un choix de notre part ». Cela explique notamment pourquoi il n’est compatible qu’avec le réseau 2G.

Plus résistant que le 3310 original ?

Notre conversation se poursuit et nous abordons la solidité légendaire du 3310, l’un des éléments qui a fortement alimenter tout l’imaginaire collectif autour de cet objet. À ce propos, le responsable de HMD m’indique que la nouvelle génération est plus robuste, car elle est plus légère et que les matériaux se sont nettement améliorés depuis l’époque où la première version a été commercialisée.

À ce propos, il a promis de prêter un 3310 (2017) à FrAndroid afin de réaliser un petit test. Promis, on s’amusera à le comparer à son aïeul en les jetant régulièrement au sol (ou contre un mur).

Nokia 3310 : une porte d’entrée

Bertrand Dupuis m’a également parlé de l’intérêt du 3310 pour la mise en avant de Nokia en tant que marque, notamment par rapport au fait qu’il sert de porte d’entrée aux smartphones de la marque finlandaise. Avant d’expliquer plus en détail ce qu’il entend par là, il raconte que Nokia bénéficie d’une notoriété de plus de 95 % à travers le monde. Autrement dit, seule une très faible minorité d’utilisateurs ne citent pas Nokia dans les marques mobiles les plus célèbres de la planète.

Mais si Nokia est devenu aussi populaire, c’est essentiellement grâce à ses feature phones. Or, aujourd’hui, HMD et Nokia veulent vendre des smartphones. Ainsi, Bertrand Dupuis raconte qu’ils ont sciemment promu le 3310 pour attirer le regard des utilisateurs. Et, si l’on en croit mon interlocuteur, ce gros coup de publicité a également profité à leurs nouveaux Nokia 3, 5 et 6.

Ce dernier insiste d’ailleurs sur l’expérience Android « pure » que proposent ces nouveaux smartphones qui débarquent bientôt en France. Le responsable de HMD rappelle notamment l’engagement de son entreprise à apporter, chaque mois, les derniers patchs de sécurité.

À lire sur FrAndroid : Prise en main du Nokia 3310 : une insulte à la nostalgie