C’est par la voix de son PDG (Jen-Hsun Huang) que nos confrères du site américain Tom’s Hardware ont appris la nouvelle : Nvidia quitte bel et bien le marché des smartphones. Une information qui avait été sous-entendue l’année dernière par le même homme.

Tegra X1 Nvidia

Il y a quasiment un an jour pour jour, Jen-Hsun Huang, PDG de Nvidia, avait annoncé que sa firme n’était plus vraiment intéressée par les smartphones. Et en effet, en un an, nous n’avons vu aucun smartphone sortir avec une puce Nvidia. Le dernier smartphone à intégrer un SoC de chez Nvidia était alors la déclinaison 4G du Highway de Wiko avec le Tegra 4i et son modem Icera i500. Au début du mois de mai, Nvidia annonçait la volonté de se séparer de sa branche modem Icera et les Tegra K1 et X1 n’intègrent pas de partie modem. Les signaux lancés par l’entreprise allaient donc plutôt dans le sens d’un retrait pur et simple du marché des smartphones. Et c’est ce que vient d’annoncer officiellement et sans ambiguité le patron de Nvidia. Le constructeur se retire donc du marché des smartphones, mais pas totalement.

En effet, Nvidia ne produira plus de SoC dédiés aux smartphones, avec une partie modem intégrée. En revanche, Nvidia laisse la possibilité à des concepteurs de SoC (comme Mediatek, Qualcomm ou encore Samsung) d’intégrer un GPU Nvidia au sein de leurs puces. Il serait donc possible de trouver un GPU Nvidia (Kepler ou Maxwell) en lieu et place des Mali d’ARM ou des PowerVR de Imagination. Un tel SoC serait particulièrement intéressant puisque la partie graphique est la force des puces Nvidia et notamment depuis le Tegra K1. Encore faut-il pouvoir maîtriser la consommation de ces GPU particulièrement gloutons et peu à leur aise dans un smartphone.

Nvidia souhaite maintenant se concentrer sur son cœur de métier : les jeux. Le patron de Nvidia a donc présenté la GTX 980 Ti, nouveau fleuron de la gamme grand public et a également abordé le sujet du cloud gaming et notamment en 4K. Enfin, Nvidia compte également sur sa place croissante dans le domaine des voitures connectées avec sa plateforme Drive PX.