Les problèmes de livraison de OnePlus sont de retour cette année, et les premières expéditions en Amérique du Nord commencent déjà à être retardées… Heureusement pour nous, l’Europe n’est pas encore concernée.

OP_s01_c004

Dévoilé en grande pompe le 28 juillet dernier lors d’une conférence diffusée en réalité virtuelle, le OnePlus 2 doit techniquement être disponible à partir de demain, le 11 août, en Europe. Si nous devons être gâtés, avec notamment une vente physique chez Colette, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne, et l’Amérique du Nord rencontre déjà ses premiers déboires.

Raggy, porte-parole officiel de la marque sur les forums de OnePlus, vient en effet de poster aujourd’hui un message pour indiquer que les expéditions vers les États-Unis et le Canada ne débuteront que 2 à 3 semaines après celles destinées à l’Europe. Ainsi, si nous pourrons commander sans problème (dans la limite des invitations disponibles) le OnePlus 2 dès demain, nos amis d’outre-Atlantique en revanche devront patienter encore jusqu’à la fin du mois. Tout du moins pour recevoir leur précieux, puisqu’il sera tout de même possible, dès le 11 août, de réserver son exemplaire, y compris en Amérique du Nord.

En savoir plus : Prise en main OnePlus 2 : que vaut le « flagship killer de 2016 » ?

OnePlus explique que cela est dû à leur calendrier de production, et ne donne pas de précisions supplémentaires quant à ce délai supplémentaire.

Comme un air de déjà-vu

Bien sûr, cela n’est pas sans rappeler les divers problèmes rencontrés par la marque chinoise l’année dernière pour les livraisons de son OnePlus One. À l’inverse, les délais concernaient plutôt l’Europe, où des problèmes de typographie sur le sigle CE avaient poussé la douane à renvoyer en Chine certaines cargaisons du « flagship killer ». Par la suite, le système d’invitations s’est montré plus ou moins chaotique, et il aura fallu patienter plusieurs mois pour certains avant de réussir à commander leur téléphone.

Espérons juste que cela ne soit qu’une question de logistique ponctuelle, et que les stocks initiaux, annoncés comme 30 à 50 fois supérieurs à ceux de l’année dernière, suffiront à combler la demande.