OnePlus a encore une fois été attrapé la main dans le sac en train de tricher sur les benchmarks de son nouveau flagship, le OnePlus 5. Une action pénalisante pour l’image de marque, bien plus que pour le smartphone lui-même qui n’avait pas besoin d’un coup de pouce pour performer.

OnePlus a présenté ce mardi son nouveau smartphone haut de gamme, le OnePlus 5. Les tests sont déjà tombés et le résultat est sans appel, le nouveau flagship-killer est bien un monstre de puissance. Pour en juger malheureusement, il ne vaut mieux pas se baser sur les différents benchmarks

Afin de réaliser ses tests, XDA a préféré utiliser des applications de benchmarks modifiées plutôt que les originales, avec un nom de paquet différent. Ces tests ont montré des résultats légèrement différents de ceux obtenus sur les applications traditionnelles. La cause ? Une tricherie de la part de OnePlus qui n’en est pas à son coup d’essai.

Une pratique malheureusement courante

Depuis quelques années, les constructeurs intègrent parfois à leurs smartphones des morceaux de codes visant particulièrement les applications de benchmarks. Lorsque l’une des applications concernées est reconnue, le système se débride alors totalement, faisant tourner constamment le CPU à 100 % de sa puissance, sans période de refroidissement, ce qui peut s’avérer dangereux sur le long terme pour les composants.

Samsung et HTC avaient ainsi été épinglés en 2013 pour cette pratique et, plus récemment, Meizu et OnePlus se sont attiré les foudres du public pour les mêmes raisons. Le trublion chinois n’en est donc pas à son coup d’essai avec le OnePlus 5…

En haut, la charge processeur sur un GeekBench modifié, en bas sur l’original

Cette simple modification permet ainsi au OnePlus 5 de gagner en moyenne 5 % de puissance sur les benchmarks et ainsi de se faire mousser auprès de ceux qui ne cherchent que les gros chiffres.

Le OnePlus 5 n’en a pas besoin

Cette triche est d’autant plus dommageable que le OnePlus 5 n’a pas besoin de cela pour compter parmi les meilleurs. XDA indique en effet que les benchmarks concernés sont AnTuTu, Androbench, Geekbench 4, GFXBench, Quadrant, Nenamark 2 et Vellamo. Pourtant, lors de nos tests, le OnePlus 5 a obtenu des résultats excellents également sur PCMark et 3DMark, deux autres benchmarks pour lesquels la triche n’est pas activée.

Plus encore, lors de nos tests en conditions réelles, le OnePlus 5 a obtenu des scores dépassant ceux de sa concurrence, s’en sortant haut la main et sans chauffer outre mesure en ce mois de juin étouffant.

La charge CPU fluctue normalement…

Une mauvaise image pour OnePlus

Le principal pénalisé de l’histoire est donc plutôt OnePlus lui-même, qui envoie ici un mauvais message à sa communauté en ne faisant pas confiance à son flagship 2017. XDA a demandé des explications à la marque, qui ont été les mêmes qu’en début d’année : le but est de « démontrer les véritables performances du téléphone » et que ce mode hautes performances est activé également sur les applications gourmandes… ce que l’on avait eu l’occasion de contredire voilà quelques mois en réalisant nos propres tests sur Asphalt 8 ou encore Fire Emblem Heroes.

Cette pratique renvoie quoi qu’il en soit une mauvaise image de la marque, que certains ont plus de mal à croire, et vous avez d’ailleurs été plusieurs à nous le faire remarquer dans les commentaires de notre test.

OnePlus ayant encore à faire ses preuves après quelques erreurs marketing, des problèmes de lancement de produits et un SAV qui n’était pas toujours au top (du moins avant sa refonte), et ce genre de bad buzz serait donc plutôt à éviter…