Aujourd’hui, je recycle un vieux type d’articles que j’aimais bien, et qui n’ont plus été utilisé depuis quelques temps : l’Editoid. Pour rappel sur le concept, l’objectif est de profiter du format blog de FrAndroid pour donner un avis personnel d’une actualité Android.

Le sujet que j’ai choisi brûle les claviers de nombreux contributeurs de blogs et de nombreux journalistes partout dans le monde : le procès Apple/Samsung. Je pense que Apple dénature réellement l’industrie du mobile avec ses procès.

Attention : les illustrations en forme de trolls ne viennent pas appuyer le texte, mais juste vous faire rire. Ce texte n’est pas là pour troller mais proposer mon humble avis.

Image empruntée à http://donthatethegeek.com

Pour rappel, Samsung a été condamné, en première instance, à payer plus d’un milliard de dollars à Apple pour avoir enfreint quelques brevets. De mon point de vue, est ce que Apple était dans son droit ? Oui, est ce qu’ils ont bien fait ? Non ! Il y a dans la plainte plus de 700 brevets listés. Certains sont des brevets matériels, d’autres des brevets logiciels. De mon point de vue, lancer des procès sur des brevets logiciels ne peut que dénaturer l’industrie du mobile.

Le brevet matériel protège les composants. En gros, si vous voulez faire un écran tactile sans payer des royalties à la première société qui en a créé un, vous devrez concevoir vous même le composant et la manière de l’assembler. Si votre réalisation est suffisamment différente du composant de base, vous n’êtes pas considéré comme un copieur et pouvez utilisé votre création. Sinon, vous devrez revoir votre composant ou payer les royalties.

Le brevet logiciel, c’est différent. Il a été montré que, à part quelques algorithmes ultra optimisés, il n’est pas possible de déposer un algorithme. L’informatique étant très structurées, il n’existe pas plusieurs manières d’arriver au même résultat. En Europe, il n’est pas possible de déposer un brevet logiciel (sauf pour ces quelques algorithmes). Aux Etats-Unis, il a été décidé que les usages peuvent être breveté. Comme le développement d’un usage arrive plus ou moins au même résultat, c’est l’usage en lui même que les américains protègent. Cela a permis à Apple de breveter des choses comme le « Slide to unlock » ou le « Pinch to zoom ».

L’informatique traditionnelle a toujours eu ses déboires en procès de tout genre (comme en mars 1988 entre Apple et Microsoft). Mais comparé à la taille de la production logicielle traditionnelle, on se rend compte que ces procès sont assez minimes. Il semble donc que, dans l’ensemble, l’industrie traditionnelle ne pense pas que le procès pour copie est utile. Je pense que le retour sur investissement de la procédure n’est pas intéressant.

Apple a décidé de faire valoir ses brevets logiciels. Ils ont donc décidé de franchir un tabou que la plupart des industriels ne franchissaient qu’en cas de réelle nécessité. Et quand on voit les bénéfices de Apple, la nécessité n’est pas pour tout de suite.

Avant de revenir sur les impacts de ce procès, j’aimerais faire une comparaison avec un secteur différent. Quand j’explique l’informatique, j’utilise souvent des analogies avec l’automobile.

Dans l’automobile, beaucoup de choses sont brevetables (ce mot c’est pas souligné par le correcteur ?). Vous pouvez breveter une motorisation, vous pouvez breveter un design, vous pouvez breveter des dizaines de technologies. J’ai même appris que la forme des pare-chocs, par exemple, peut être brevetée. Mais vous ne pouvez pas breveter leur usage. Vous ne pouvez pas breveter le fait d’avoir des pneus, des freins, un pare-chocs ou un moteur… et heureusement.

On voit bien que nous avons là un problème propre à l’informatique, et encore plus loin, un tabou levé dans l’informatique mobile, toujours plus ou moins présent dans l’informatique traditionnelle.

Le problème avec ce procès, c’est que Apple envoie un très mauvais message à toute l’industrie mobile. Le message c’est « pour une idée, premier arrivé, seul servi ». Le problème c’est que, si copier une idée cela peut nuire à son concepteur, ne pas chercher à l’améliorer nuit encore plus au consommateur. La taille de l’amende reçue par Samsung risque de faire peur à des acteurs plus petits tels que HTC, la division mobile de Sony, Huawei, etc… Surtout qu’il se murmure que Apple prépare déjà ses avocats à attaquer les autres constructeurs de mobiles Android.

Que va devenir l’industrie du mobile dans quelques mois si Apple a fait peur à tous ces concurrents ? Windows Phone sera peut être toujours là. Grâce à leur système repensé de zéro, ils ont moins de risques de se faire attaquer, pour l’instant. BlackBerryOs décline depuis des mois et se rapproche de l’ergonomie iOS/Android pour essayer de remarquer… leur décroissance les protège, pour l’instant. FirefoxOS, on en sait pas trop. Ils sont donc à l’abri, pour l’instant… Je vais pas faire le tour de tous les OS, vous avez compris, Apple prévient que tout le monde risque d’être attaqué.

Ils prennent plusieurs risques avec ce procès :

  • Ne plus être challengé, et stagner
  • Ne pas couvrir toutes les demandes des consommateurs
  • Contraindre les développeurs tiers et étouffer leur innovation

Quelque part, c’est triste à dire, mais le sort de Samsung dans ce procès est anecdotique. Le débat du téléphone carré avec des angles arrondis est complètement anecdotique. Le vrai point important est de voir que Apple a mis dans le procès des demandes de brevets d’usages. Et ce sont ces brevets que ses concurrents prennent le risque de recevoir dans la figure.

Pour l’instant, ce procès se concentre aux Etats-Unis. Il n’est pas sur que le même procès en Europe, en Amérique du Sud, en Asie du Sud-Est, ou partout ailleurs, aurait le même résultat. Mais l’importance du marché américain en terme de sondage pour les reste du monde fait que Samsung, à mon sens, ne peut pas se couper des USA.

J’espère plusieurs choses pour cette affaire :

  • Que Apple s’arrête à Samsung
  • Que les américains comprennent que le brevet logiciel est une bétise
  • Que le consortium autour d’Android défendra l’intérêt du système
  • Et que Apple arrêtent de croire qu’ils doivent inventer (au moins y répondre) les besoins des consommateurs plus que les autres industriels…

Concluons en faisant un rappel au titre. Apple a clairement dynamisé le secteur en sortant ses iPhones, grâce à eux, le smartphone a enfin atteint l’utilité que leurs prédécesseurs tentaient d’atteindre depuis quelques années avant. Mais le géant américain semble croire que parce que le secteur est ce qu’il est grâce à leur impulsion, ils seraient les seuls à pouvoir faire vivre le secteur ou à profiter de cette impulsion. Et c’est en cela qu’ils prennent le risque de dénaturer tout le secteur.