Samsung annonce, pour le deuxième trimestre, des résultats financiers prévisionnels en deçà de ceux des analystes. L’entreprise préparerait-elle un véritable coup de maître en Bourse, ou au contraire a-t-elle peur de tomber de haut ?

samsung-facebook

Samsung enchaîne les records mais n’arrive toujours pas à satisfaire les marchés ! La société coréenne, qui vient de communiquer sur ses résultats prévisionnels du deuxième trimestre de 2013, a encore une fois prévu un chiffre d’affaires et un bénéfice net mirobolants, en constante augmentation depuis plusieurs exercices. En effet, l’entreprise prévoit de faire un chiffre d’affaire de 47 milliards de dollars, supérieur de 20 % à celui de la même période de l’année dernière. Le bénéfice opérationnel, lui, devrait être compris en 8,2 et 8,3 milliards de dollars (+47 % sur un an et +8,2 % par rapport au premier trimestre 2013). Des records, alors même que les analystes, pessimistes d’abord sur les ventes du Galaxy S4, prévoyaient un chiffre plus important. Ils s’attendaient en effet à un bénéfice net de 8,8 milliards de dollars sur cette période de l’année. « La demande en smartphones haut de gamme, à prix élevé, accuse une croissance ralentie, ce qui pèse sur la marge bénéficiaire de Samsung », estime Lee Seung-Woo chez IBK Investment and Securities, tentant d’expliquer ce potentiel résultat, en baisse par rapport à celui avancé par les acteurs des marchés financiers.

Une situation, avouons-le, légèrement étrange qui pourrait s’expliquer de deux manières :

  • Samsung Electronics, dont 70 % du résultat d’exploitation provient de la division mobile, avait perdu quelques plumes en Bourse vers la fin du mois de juin, en réaction aux craintes des analystes qui prévoyaient un ralentissement des ventes du Galaxy S4. Le Coréen pourrait donc avoir recours à cette technique, bien connue en communication financière, d’anticiper le choc que pourrait provoquer la publication des résultats réels dans quelques semaines (le 26 juillet prochain). La réaction du marché est généralement moins violente lorsqu’elle survient après des résultats prévisionnels. Ceci prouverait que les craintes des analystes, en dépit des ventes visiblement soutenues du Galaxy S4 (20 millions d’unités distribuées en 2 mois), n’étaient pas totalement erronées.
  • Il pourrait également s’agir d’un leurre puisque rien n’est plus aléatoire que les résultats prévisionnels dans une entreprise. Je m’explique : Samsung prend les devants en avançant un chiffre en deçà des prévisions des analystes, sachant que ce même chiffre pourrait très bien être conforme, voire supérieur aux prévisions du marché. Si l’on se situe dans l’un de ces deux cas, le cours en Bourse pourrait à ce moment-là régir de manière euphorique et dépasser son record du mois de mai, à l’annonce des 10 millions d’unités distribuées du Galaxy S4.

Un bénéfice net destiné à l’investissement

Quoi qu’il en soit, ce chiffre devrait faire plaisir aux actionnaires, qui devraient toucher, à leur tour, des dividendes record. Samsung va également profiter de son succès commercial pour réinvestir en R&D. Le Korea Times indique que la société s’apprête à investir pas moins de 4,5 milliards de dollars dans la construction de trois nouveaux centres de recherche. Ces établissements serviront à la recherche dans le domaine des télécommunications, du développement d’applications et des matériaux de nouvelle génération. Rappelons également que le géant voudrait se lancer dans la recherche réseau, Samsung ayant déclaré il y a quelques semaines qu’il serait le premier à développer le réseau 5G pour un déploiement en 2020.