Samsung avait créé sa petite surprise il y a deux ans en lançant un smartphone aux airs de concept, le Galaxy Beam. Le terminal tirait le principal de son originalité de l’option qu’il embarquait : un pico-projecteur intégré à son boîtier. Samsung est sur la voie d’un deuxième appareil embarquant une fonctionnalité similaire, si l’on en croit le terminal repéré chez l’agence de certification des télécoms chinois.

Samsung Galaxy Beam 2

Estampillé China Mobile, le Galaxy Beam, 2 tel qu’il apparaît dans les colonnes de l’organisme Tenaa, en Chine, ressemble fort au Galaxy Beam que l’on avait découvert en 2012, à quelques nuance près tout de même. Sous le nom de code SM-G3858, le terminal reprend nécessairement le concept de son prédécesseur qui, malgré un certain sens de l’innovation, avait peiné à trouver la voie du succès commercial, et était resté aux abonnés absents chez les opérateurs. Samsung ne semble pourtant pas avoir abandonné son concept, de retour avec des caractéristiques techniques précises.

Côté design, puisque l’appareil est assorti de photos, notez un effet aluminium brossé sur un appareil visiblement en plastique, avec une coque amovible, et le renflement caractéristique du pico-projecteur apparent au dos du smartphone. Ce Galaxy Beam 2 abandonnera donc un peu du look baroudeur qui le caractérisait pour prendre une apparence plus citadine, avec pour le reste des caractéristiques modestes.

Sur un écran de 4,6 pouces, il faudra se contenter d’une définition de 480 x 800 pixels. En-dessous, rien d’exceptionnel non plus, puisque ce terminal sous Android 4.2.2 se contente d’un processeur quad-core à 1,2 GHz et de 1 Go de RAM. Le tout mesure 134,5 x 70 x 11,7 mm pour 165 grammes ; il est donc un peu moins épais que son prédécesseur mais, un peu plus grand en termes d’écran, et gagne une vingtaine de grammes au passage. Manquent encore à l’appel des informations complémentaires concernant son atout principal, son pico-projecteur, et bien sûr la mention d’une disponibilité dans le reste du monde. Toutefois, il reste appréciable que de voir que la marque n’abandonne pas ses projets les plus décalés, d’autant plus que les pico-projecteurs commencent à se démocratiser dans le monde des nouvelles technologies.