La semaine dernière, Samsung a tenu une conférence pour parler un peu de la vision de la société dans l’univers du bien-être et de la santé. L’occasion pour Samsung de dévoiler une plateforme logicielle nommée SAMI ainsi qu’un appareil de référence : le Simband. L’ensemble devrait permettre aux développeurs et constructeurs de créer un écosystème complet autour de cette solution.

Simband

Samsung compte bien devenir un acteur incontournable pour les solutions numériques de bien-être et de santé pour les particuliers. Lors de sa conférence, Samsung a annoncé un design de référence pour les appareils ainsi qu’une plateforme logicielle pour gérer le matériel. Samsung s’est entouré de nombreux experts du domaine comme l’Université de Californie à San Francisco ou encore l’institut de micro-électronique et composants (IMEC) qui est notamment spécialisé dans les capteurs en tout genre. En maîtrisant le hardware et le software, Samsung pourrait bien concurrencer Apple sur le terrain de la santé.

 

Samsung Simband : un bracelet connecté pour la santé

Samsung a dévoilé le Simband. C’est un bracelet connecté qui est exclusivement dédié à la santé et au bien-être. Il ne sera jamais commercialisé puisque c’est un design de référence sur lesquels les fabricants de bracelets ou de capteurs pourront se baser pour développeur leurs produits. De cette manière, Samsung veut tenter d’imposer un bracelet standard sur lequel viendraient se positionner différents capteurs. Les fabricants de bracelets et de capteurs s’assureraient ainsi une compatibilité pour leurs produits. La batterie sur le dessus du bracelet pourrait se recharger avec l’activité physique de l’utilisateur. Sous la coque, on retrouve un SoC Samsung Fish, de la taille d’une demi-carte SD, qui comporte un cœur ARM Cortex-A7 cadencé à 1 GHz avec des connexions WiFi et Bluetooth.

Samsung SAMI : une plateforme logicielle pour regrouper les informations

Samsung a également abordé SAMI, l’écosystème logiciel qui serait en soutien du Simband et de ses dérivés. Le principe fondamental de SAMI repose sur l’utilisation massive du cloud. Ainsi, les informations de l’utilisateur du Simband seront envoyées sur des serveurs sécurisés. Les développeurs auraient accès à des API pour venir piocher les informations nécessaires au bon fonctionnement de leur application. Le Simband est capable de mesurer la pression sanguine, le rythme cardiaque, la température du corps et d’autres informations vitales pour ensuite les envoyer sur Internet.

Un concurrent de l’application Health d’Apple

Lors de la keynote inaugurale de la WWDC, Apple a annoncé l’application Health. L’objectif le même que pour la plateforme SAMI de Samsung : centraliser en un même endroit les informations de divers capteurs. La stratégie employée diffère quelque peu entre les deux entreprises. Si le Coréen est friand du cloud pour sa solution de santé, les données de l’utilisateur d’iPhone seront conservées dans le téléphone, à moins qu’il n’autorise une personne (comme un médecin) à les consulter à distance. En revanche, Apple n’a pas osé aller sur le terrain matériel et laisse carte blanche aux constructeurs d’objets connectés sur ce point. Il faut tout de même que les produits soient compatibles avec l’API d’Apple.

La guerre entre Samsung et Apple pourrait donc bien se déplacer vers les services associés aux téléphones et non plus seulement à leurs caractéristiques techniques. Il faudra que les deux entreprises parviennent à convaincre les développeurs et les fabricants. A ce petit jeu, Apple a sûrement plus d’expertise que Samsung bien que le Coréen souhaite ouvrir son écosystème et ne plus rester enfermé dans son application S Health réservés aux appareils de la marque.