Après HTC, c’est au tour de Samsung de publier ses résultats financiers du deuxième trimestre de l’année. Si les bénéfices répondent bien présents, ils sont toutefois en forte baisse par rapport à l’année dernière.

samsung-logo-2013

Samsung vient de publier une première estimation de ses résultats financiers pour le second trimestre de l’année 2014. Et si les comptes du géant coréen sont dans le vert et feraient rêver n’importe quelle autre entreprise, la comparaison avec les résultats de l’année dernière inquiète les actionnaires et les analystes financiers. Sur le second trimestre de l’année, Samsung a réalisé un chiffre d’affaires estimé à 52 000 milliards de wons, soit environ 37,79 milliards d’euros et un recul de 9,5 % par rapport au second trimestre de l’année dernière. Le bénéfice d’exploitation s’élève quant à lui à environ 7200 milliards de wons, soit environ 5,23 milliards d’euros, en recul de 25 % par rapport à la même période de l’année passée. À titre de comparaison, au deuxième trimestre de l’année 2013, Samsung avait réalisé un chiffre d’affaires de l’ordre de 57 460 milliards de wons (41,76 milliards d’euros) et un bénéfice de 9 530 milliards de won (6,92 milliards d’euros). Ce second trimestre 2014 s’est de surcroît révélé moins bon que les trois premiers mois de l’année.

Cette forte baisse des résultats financiers n’est pas sans inquiéter les actionnaires de Samsung. Et le constructeur coréen a accompagné (pour la première fois de son histoire) ces premières estimations d’une note informative à destination de ses actionnaires et investisseurs. Cette dernière explique en quatre points pourquoi ces résultats sont en baisse.

Samsung se justifie, une première

D’une part, le Won sud-coréen est actuellement à son plus haut niveau depuis 6 ans face au dollar et à l’euro. C’est un frein à l’exportation et cela a dû freiner les résultats financiers de Samsung sur les marchés émergents. Deuxième raison, le marché du smartphone n’est plus aussi vif qu’auparavant. La croissance du marché a ralenti au niveau mondial et Samsung doit faire face à une concurrence de plus en plus forte sur les marchés chinois (qui a dit Xioami ?) et Européen (où les constructeurs chinois commencent peu à peu à s’imposer sur le marché de l’entrée et du milieu de gamme). En Chine, plus particulièrement, Samsung indique que le second trimestre est traditionnellement la saison la plus faible en termes de vente. À cela s’ajoute que sur ce même marché, les consommateurs chinois ont délaissé les téléphones 3G et se concentrent de plus en plus sur les smartphones 4G. Conséquence de tout cela, Samsung s’est retrouvé avec des stocks plus importants que prévu sur les bras et a du mettre dépenser plus d’argent que d’habitude dans la communication et le marketing pour les écouler. Enfin, dernier point, le marché des tablettes est jugé par Samsung comme apathique. Le taux de renouvellement de ces produits est plus long pour les consommateurs et l’arrivée de plus en plus massive de smartphones dotés d’un écran d’une diagonale de 5 à 6 pouces a eu un impact sur les ventes de tablettes de 7 et 8 pouces.

Samsung se veut toutefois rassurant pour la fin de l’année et prévoit un troisième trimestre meilleur que celui-ci « avec la commercialisation de nouveaux smartphones ». On pense notamment à la sortie, très probablement en fin d’année, du Galaxy Note 4.