Si l’on en croit des sources proches de l’industrie, Samsung et Qualcomm seraient sur le point de passer un contrat pour que le géant coréen fabrique les puces du géant américain. Pour le moment, Qualcomm fait confiance à TSMC mais Samsung posséderait des atouts qui semblent intéresser le père des Snapdragon. Un contrat qui peut paraître étonnant lorsque l’on sait que les deux sociétés sont concurrentes dans la conception de SoC.

Snapdragon-800-Processor-Chip-Image_0613-546x540

Si les rumeurs rapportées par le site Yonhapnews se révèlent exactes, on devrait voir arriver d’ici peu des Snapdragon fabriqués par Samsung. Cela ne changera pas fondamentalement les choses puisque la conception sera toujours prise en charge directement par Qualcomm. Simplement, Qualcomm ne possède pas d’usines de fabrication et passe pour le moment par TSMC, un fondeur. En revanche, Samsung possède des usines dans lesquelles elle fabrique déjà ses Exynos. L’entreprise coréenne maîtrise donc toute la chaîne, de la conception à la fabrication. Si Qualcomm veut changer de crèmerie, la raison est probablement à aller chercher du côté du processus de fabrication utilisé par les fondeurs.

Cap vers le 14 nm avec Samsung

Pour le moment, les processeurs sont gravés en 28 nm (finesse de gravure). À la fin de l’année, les SoC devraient être gravés en 20nm, ce qui apporterait une efficacité énergétique en hausse. Par conséquent, on s’attend soit une baisse de la consommation soit une hausse des performances pour une même consommation. La prochaine étape est celle du 14/16nm. TSMC a pris du retard sur le planning initial et ne prévoit pas de mise en production avant 2015. Samsung, pour sa part, espère lancer la production des puces 14 nm dès la fin de l’année. Cela permettrait donc à Qualcomm d’avoir accès plus tôt à cette nouvelle finesse de gravure qui devrait se retrouver dans les SoC au cours de l’année 2015 ou 2016. À titre de comparaison, Intel est extrêmement en avance sur les autres fondeurs puisque la société de Santa Clara produit déjà des processeurs 14 nm qui verront le jour à partir du mois de septembre prochain.

La difficulté à vendre les Exynos

Ce partenariat prouverait donc que Samsung a du mal à vendre ses propres puces Exynos et que la marque possède des capacités de production inutilisées. Cette rumeur fait d’ailleurs écho à celle entendue hier : Samsung chercherait en effet à vendre ses SoC Exynos à davantage de constructeurs. Mais il semblerait que l’entreprise n’ait pas encore trouvé preneur et qu’elle préfère donc utiliser ses lignes de production pour un concurrent. Rappelons également que Samsung a perdu récemment un gros client puisqu’Apple a décidé de rapatrier une partie de sa production de puces Apple chez TSMC. Ce qui libère encore plus de place dans les usines pour la fabrication de puces.

Un nouveau contrat suite aux résultats en baisse ?

Ce nouveau contrat viendrait à point nommé puisque les derniers résultats publiés par Samsung ne sont pas très bons : sa division Samsung Electronics, dont l’activité semi-conducteurs compte pour une large part, affiche une baisse du bénéfice de 24 % par rapport au deuxième trimestre 2013. Le géant coréen chercherait donc toutes les solutions pour remonter son chiffre d’affaires ainsi que son bénéfice qui est tout de même égal à 7 milliards de dollars.