Le Samsung Galaxy Note 4 devrait être dévoilé à l’IFA de Berlin le 3 septembre prochain. Il devrait être accompagné de nombreux accessoires. Parmi eux, Samsung aurait préparé une coque à ultrasons pour aider les personnes malvoyantes.

galaxy-core-advance-accessible-2

La coque à ultrasons du Galaxy Core

À la manière de la coque à ultrasons développée par Samsung pour le Galaxy Core, il semblerait que l’entreprise renouvelle l’expérience pour le futur Galaxy Note 4. Nos confrères de Sammobile ont en effet récupéré la notice d’utilisation de la coque. Celle-ci permettrait au Galaxy Note 4 d’assister les personnes malvoyantes. L’idée : la coque émet des ultrasons qui permettent de repérer les objets qui se dresseraient sur la route de l’utilisateur. Un retour (sonore ?) serait présent sur la Galaxy Note 4 pour avertir l’utilisateur de la présence d’un objet.

L’utilisateur peut modifier le comportement de la coque en spécifiant la portée des ultrasons : proche, moyenne ou longue. En revanche, plus la portée est grande et moins le signal des ultrasons est large. La notice écrite par Samsung précise en revanche que cet accessoire n’est pas fait pour remplacer une canne ou un chien de guide. L’entreprise souhaite sûrement se protéger d’une éventuelle attaque en justice si le produit venait à mal fonctionner. Mais l’intention de Samsung est vraiment bonne si ce futur produit voit bien le jour. Les smartphones deviendraient alors de précieux outils très utiles et ne seraient plus de « simples » téléphones qui permettent de surfer et de jouer.

L’utilité des smartphones est de toute façon croissante comme on le voit avec la tentative de Google (avec Google Fit), Samsung (avec le Simband) ou d’Apple de faire entrer les appareils dans le milieu médical. Les capteurs cardiaques sont pour le moment réservés à un usage personnel et plutôt sportif. Mais d’ici quelques années, il est fort probable qu’ils permettront de garder le lien avec son médecin de manière connectée. C’est d’ailleurs ce qu’essaye de faire Apple avec Health en permettant aux médecins d’avoir accès aux données des patients depuis le cloud.