Samsung aborde le lancement du Galaxy S (i9000) avec beaucoup de confiance, ce smartphone sous Android est d’or et déjà prévu dans 110 pays autour du globe et Samsung annonce qu’ils ont écoulé 1 million d’exemplaires alors qu’il vient seulement de sortir en France. Il faut dire qu’avec son écran 4 pouces en technologie Super AMOLED, le Galaxy S fait déjà la différence avec la concurrence, il suffit d’y ajouter le processeur Hummerbird cadencé à 1 Ghz pour se démarquer complètement au niveau du matériel.

Samsung ont-ils réussi à nous faire oublier  la déception causée par le Galaxy ? Voici le test complet du Samsung Galaxy S (i9000).

Présentation et prise en main

Le Samsung I9000 Galaxy S est un smartphone typique rectangulaire à écran tactile. L’écran est encastré un tout petit peu en dessous du bord du boîtier, ce qui le protège de tout contact direct avec des surfaces dures lorsqu’il est placé face vers le bas. Comme on peut l’attendre, l’écran 4 pouces occupe la plupart de l’espace frontal, un petit espace est réservé à des boutons de navigation sur le bas du téléphone et à l’écouteur ainsi qu’à la caméra frontale sur le haut.

Nous avons déjà longuement décrit l’apparence de ce smartphone dans l’article de prise en main du Galaxy S. Je vais vous apporter d’autres éléments après une prise en main de 3 semaines.

Une bonne idée de Samsung est le port coulissant sur le microUSB au sommet du Galaxie S – cela empêche la saleté de bloquer le port. Le haut du téléphone abrite également l’audio jack 3,5 mm, qui peut servir de port S-vidéo pour la sortie TV, si vous avez le câble supplémentaire. Malheureusement, le Galaxy S ne possède pas de port HDMI, cet androphone était pourtant bien parti pour gagner la bataille multimédia.

Le design du combiné n’est pas incroyablement innovant, mais plutôt pratique et confortable pour la prise en main. Grâce à une bosse en bas de son dos. Il également très mince avec seulement 9,9 mm. Cette réalisation remarquable est dû à la technologie derrière un écran de 4 pouces Super AMOLED (480×800 pixels) WVGA. Samsung a disposé la couche d’air entre le panneau tactile sensible et l’écran, et a placé le capteur tactile directement sur elle – presque comme un revêtement, pour obtenir une épaisseur de 0,001 mm. Ceci a certainement contribué à maintenir une belle apparence malgré sa puissance.

La technologie Super AMOLED de l’écran est en avance sur son temps, cet écran se débrouille très bien en plein soleil. Néanmoins, j’ai noté un point négatif : la densité de pixel (ppi) doit certainement être trop faible car les petits textes sont difficiles à lire et j’ai remarqué que l’on pouvait observer les pixels de l’écran à l’oeil nu. Néanmoins, la technologie Super AMOLED est une formidable avancée à tout point de vue : Apple doit se mordre les doigts d’être passé à côté de cette technologie pour l’iPhone 4. Côté tactile, le Galaxy S est multi-touch et il comme nous l’avons vu en vidéo, il comporte plus de 16 points.

Le seul problème dans sa conception est sa finition plastique. J’aurai préféré de matières haut de gamme comme l’aluminium, enfin le téléphone est solide et c’est le principale. La plastique apporte aussi une réduction de poids non négligeable, Samsung a donc réussi à faire tenir tout dans 118 grammes, ce qui pourrait facilement être comparé au HTC EVO : 170 grammes, ou encore le Sony Ericsson XPERIA X10 avec 135 grammes.

Page suivante : Packaging avec le contenu